Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Alouettes de Montréal

Alouettes : une importante victoire à l’arraché

Publié | Mis à jour

Envoyé dans la mêlée alors que le match était sur la ligne, le quart-arrière Matthew Shiltz a pris le contrôle de l’attaque, traversé le terrain et sa formation a inscrit un touché inespéré pour l’emporter 20 à 16 contre le Rouge et Noir d’Ottawa, lundi après-midi, au Stade Percival-Molson.

Avec moins de trois minutes à faire au match et avec trois points de retard, le quart Vernon Adams fils et ses coéquipiers ont obtenu l’occasion de faire oublier les déboires que son unité a connus tout au long de la partie. Le partant des «Als» s’est toutefois rapidement blessé sur une course, ce qui a jeté une douche froide sur les 15 236 spectateurs présents. 

Shiltz a alors fait son entrée dans le match. Il a complété les trois passes qu’il a tentées pour 36 verges et ajouté une récolte de 18 verges avec ses jambes. C’est finalement le porteur de ballon Cameron Artis-Payne qui a complété l’heureuse séquence avec une course de sept verges pour le majeur.

«C’était important de remettre ce moment en perspective et de ne pas le voir plus gros qu’il ne l’était en réalité, a indiqué Shiltz, lors des conférences de presse qui ont suivi le match. Je me devais d’aller sur le terrain, de jouer au football et d’avoir du plaisir.»

Pour sa part, l’entraîneur-chef Khari Jones s’est dit choyer de pouvoir compter sur un réserviste de la trempe de l’Américain de 28 ans.

«Matt a été Matt. C’est quelqu’un de calme qui ne se laisse pas déranger par une situation. [...] C’est plaisant de compter sur un gars qui a son expérience. Je suis confortable d’appeler des jeux quand il est sur le terrain et il a réalisé de très gros jeux.»

Chapeau la défensive 

De son côté, la défensive des Alouettes (4-4) a fait de l’excellent boulot. Cette dernière a empêché ses rivaux ontariens de franchir la ligne des buts. Le Rouge et Noir (2-7) a tout de même inscrit quatre placements et bénéficié de deux touchés de sûreté.

«Ils ont été les héros de notre équipe aujourd’hui [lundi], a affirmé Jones, en parlant des joueurs évoluant sur l’unité défensive. Ils nous ont constamment permis de récupérer le ballon. Nous avons pris des décisions difficiles en leur donnant des points [avec les touchés de sûreté], mais la défensive m’a permis de ne pas regretter ses décisions en effectuant de gros jeux.»

Au final, la défensive a complété son affrontement en accordant 265 verges. Elle a aussi amassé cinq sacs du quart et une interception.

Départ canon 

Le début de match des «Moineaux» ne laissait pourtant pas présager que le match se déciderait dans les dernières minutes. La défensive a réalisé deux sacs du quart sur leurs deux premiers jeux du match, ce qui a forcé le Rouge et Noir à dégager le ballon.

Profitant immédiatement de la situation, l’attaque des Alouettes a trouvé la zone payante en seulement trois jeux. Adams fils a repéré Jake Wieneke, laissé complètement seul, derrière la ligne des buts. Il s’agissait du septième majeur de l’Américain en huit sorties cette saison.

Ce fut toutefois l’unique moment de réjouissance de l’offensive des «Als», et ce, jusqu’à ce qu’elle soit en mesure de se faire menaçante dans les derniers moments du match.

Il s’agissait par ailleurs du premier gain de la formation québécoise devant ses partisans en 2021 et de la première fois qu’elle récoltait deux victoires consécutives cette saison.

«La foule était incroyable et nous voulions la récompenser d’être venue nous voir, a dit Jones. En ce qui concerne le classement, nous avons toujours de grandes aspirations et nous nous devons de remporter des matchs pour les atteindre. Nous sommes très conscients de cela. Nous le savions contre Hamilton la semaine dernière, nous le savions contre Ottawa cette semaine et nous aurons ça en tête la semaine prochaine à Ottawa.»

En effet, les Alouettes n’auront pas le temps de l’oublier, puisqu’ils renoueront avec le Rouge et Noir dans la capitale fédérale dès samedi prochain.

Hommage aux Forces armées canadiennes 

Ce duel contre le Rouge et Noir se voulait être le match des Forces armées canadiennes.

Pour l’occasion, plus d’une centaine de militaires étaient présents pour assister à l’affrontement. Deux avions CF-18 de l’Aviation royale canadienne ont également survolé le Stade Percival-Molson à deux reprises. L’hymne national a été interprété par un représentant des Forces armées.

Rappelons que le nom des Alouettes se veut un hommage au 425e Escadron, soit le premier escadron canadien-français de l’Aviation canadienne.

L’organisation montréalaise a aussi tenu un moment de silence en l’honneur de Francis Perron, un joueur des Gee-Gees d’Ottawa décédé à la suite d’un match de football en septembre.