Crédit : AFP

NFL

Allen et les Bills dominent les Chiefs

Publié | Mis à jour

Au royaume du barbecue, à Kansas City, ce sont les Bills qui ont été fumants. Après deux revers la saison dernière face aux Chiefs, ils devaient absolument vaincre leur bête noire et ils l’ont fait en dominant dans toutes les phases du jeu, dans une convaincante victoire de 38-20.

La saison dernière, les Bills s’étaient avoués vaincus par neuf points en saison régulière et par 14 points en finale de conférence.

Durant l’entre-saison, après une saison de 13-3, l’objectif devenait clair : trouver une façon de battre les Chiefs. Ces derniers ont beau œuvrer dans une autre division, mais les Bills savaient pertinemment qu’une éventuelle route vers le Super Bowl devrait passer par les Chiefs. Pour s’établir comme les meilleurs dans la conférence, il faut battre les meilleurs. C’est ce que les Bills ont réussi dimanche soir de manière retentissante.

Certains diront que les Chiefs arrivaient dans ce match avec une fiche peu convaincante de 2-2. Ils ne sont clairement pas à leur meilleur en ce moment, mais ils étaient tout de même considérés comme les favoris par une marge de 3,5 points par les preneurs aux livres. C’est donc dire que malgré leur excellent début de saison, les Bills n’étaient pas perçus comme assez sérieux pour renverser les Chiefs en raison de la faible qualité de leur opposition dans les dernières semaines.

Ceux qui ont levé le nez sur cette équipe se sont fourvoyés royalement. Vrai que les Bills s’étaient offerts des victoires face à Miami, Washington et Houston, mais ils avaient outrageusement dominé leur compétition, comme les vraies bonnes équipes doivent le faire face à des rivaux de moindre qualité.

Ils viennent de dissiper tout doute en écrasant les Chiefs dans leur hostile royaume. Pas même l’orage survenu dans la mi-temps et qui a retardé la reprise du match pour plus d’une heure n’a cassé leur rythme infernal.

Gros jeux offensifs

À l’attaque, Josh Allen a bouclé la rencontre avec 315 verges par les airs et trois passes de touchés, en plus d’être le meneur des siens au sol avec 59 verges et un autre touché. Il a pris le contrôle de cette rencontre, même s’il n’a complété que 15 de ses 26 passes.

Le quart-arrière a été chercher une moyenne astronomique de 21 verges par passe complétée. On connaissait déjà la profondeur de son groupe d’ailiers espacés, mais voilà que cette saison, l’ailier rapproché Dawson Know s’invite à la fête. Face aux Chiefs, il a brillé avec un touché et 117 verges de gains en seulement trois réceptions.

Cette attaque a définitivement le choix des poisons. Les Bills ont d’ailleurs inscrit au moins 35 points dans quatre matchs de suite. Le différentiel de 108 points est, de loin, le meilleur dans la ligue. Les quatre victoires des Bills cet automne ont été enregistrées par un écart moyen de 28,8 points.

Jeu physique

Les Bills ont aussi outrageusement dominé les Chiefs sur le plan physique. Josh Allen n’a été victime d’aucun sac et la plupart du temps, il aurait eu tout le temps nécessaire pour cuisiner des côtes levées dans sa pochette protectrice.

Défensivement, les Bills volaient vers le ballon et ont plusieurs fois puni les joueurs des Chiefs en les plaquant avec autorité. Le front défensif amélioré a forcé Patrick Mahomes à plusieurs reprises à se retirer en profondeur pour fuir la pression. Et les forces restent fraîches parce qu’entre les Jerry Hughes, Star Lotulelei, Ed Oliver, Gregory Rousseau, Boogie Basham, Mario Addison et AJ Epenesa, tout le monde contribue. Rousseau, choix de première ronde au dernier repêchage, se veut déjà un joueur d’impact, lui qui a bouclé la rencontre avec cinq plaqués, un sac, une passe rabattue et une interception.

La défensive a aussi provoqué quatre revirements et les Chiefs ont d’ailleurs été victimes de 11 revirements cette saison. Ils n’arrivent pas à jouer du football propre et cette défaite sans équivoque face aux Bills pourrait être annonciatrice d’un changement de garde dans la conférence américaine.

De manière générale, les Bills semblaient beaucoup plus hargneux que les Chiefs, comme s’ils étaient en mission et qu’ils ne voulaient pas seulement gagner, mais lancer un message clair et limpide. Message reçu!