Football universitaire RSEQ

L’attaque du Rouge et Or s’éclate... à retardement

Publié | Mis à jour

Les 8375 spectateurs présents au match entre les Stingers de Concordia et le Rouge et Or de l’Université Laval ne sont pas repartis déçus du Stade Telus. 

En plus de la victoire de l’équipe locale 36-10, les partisans ont constaté que le futur de l’attaque était entre bonnes mains avec le pivot Arnaud Desjardins. Il a terminé sa journée de travail avec quatre passes de touché pour conduire le Rouge et Or vers un gain relativement facile.

L’offensive lavalloise a pourtant pris du temps avant de se mettre en marche inscrivant son premier touché avec le spectaculaire effort de Vincent Forbes-Mombleau, qui a brisé plusieurs plaqués sur une passe de 26 verges tard au deuxième quart. Le majeur donnait une avance de 13-10 à la troupe de Glen Constantin à la demie.

«Ce sont des choses qu’on pratique de sécuriser le ballon à l’entraînement et de gagner des verges positives immédiatement après l’attrapé. Le résultat a été solide sur ce jeu. J’avais une belle complicité avec Arnaud, on voyait les mêmes choses sur le terrain aujourd’hui», explique le produit du CNDF qui a terminé avec 100 verges de gains par la passe.

Si la première demie a été plus difficile, tout semblait réussir pour Laval en deuxième demie. La défensive a arrêté de donner des gros jeux, il y avait beaucoup de pression sur le quart-arrière adverse et l’attaque du coordonnateur offensif Justin Éthier semblait inarrêtable.

Pour le héros offensif du match, Arnaud Desjardins, la performance était satisfaisante.

«Tout le monde a fait son travail et c’était vraiment plaisant de jouer devant la foule comme partant pour la première fois. Quelques punitions ont fait mal en première demie et on avait beaucoup plus d’énergie pour la suite de la rencontre», raconte le produit des Spartiates du Vieux-Montréal.

Le pivot a également indiqué qu’il a été légèrement surpris de la stratégie défensive des Stingers qui n’ont pas amené beaucoup de pression par le blitz comme c’est souvent le cas avec la formation montréalaise. Desjardins a terminé sa journée de travail avec 24 passes complétées en 33 tentatives pour des gains de 308 verges en plus de ses quatre majeurs par la passe et aucun revirement.

Maturité en cause

L’entraîneur gagnant Glen Constantin avait une explication bien précise pour expliquer le match en deux temps de sa formation.

«Nous sommes encore jeunes et la maturité prend du temps à se développer. On avait possiblement un excès de confiance avec notre performance dominante de la semaine dernière et le potentiel Concordia a surpris notre équipe.»

Le pilote refuse de prendre le crédit pour la grosse deuxième demie de sa formation. «Il n’y a pas eu de gros ajustements. Marc Fortier a dit à la défensive voici ce qui se passe actuellement et voici ce qui va se passer en deuxième demie et c’est ça qui s’est passé.»

Constantin a également louangé son offensive, qui a dominé le temps de possession lors de la deuxième moitié de la rencontre. Il était également très satisfait de la performance du botteur Vincent Blanchard et de la couverture des bottés qui ont aidé à donner un gros avantage à son équipe sur le positionnement du terrain.

Manque d’opportunisme

L’entraîneur-chef des Stingers Brad Collinson était visiblement déçu du résultat. Il avoue que son équipe n’a pas fait assez de gros jeux pour espérer l’emporter.

«On tenait notre bout en première demie et il y a eu une longue séquence offensive au troisième quart et ce fut difficile par la suite. Avec une équipe comme Laval, il faut que tu finisses le travail quand tu peux le faire, sinon ça devient très difficile.»

Le pilote visiteur a refusé carrément d’utiliser les blessures pour expliquer la défaite des siens.

«C’est vrai qu’il manquait des bons joueurs comme Murphy, mais on a des bons réservistes. Ce n’est pas là que ça s’est joué, on n’a pas exécuté quand il le fallait et il faut terminer nos séquences offensives avec des touchés.»

Deuxième demie décevante 

Le quart-arrière Olivier Roy a disputé une bonne première demie pour les Stingers, il avait une explication très simple pour expliquer la défaite de sa formation.

«Il faut jouer 60 minutes et on ne peut pas espérer gagner contre une équipe comme Laval en jouant seulement une demie. C’est aussi simple que ça. Ils s’attendaient possiblement à nos passes verticales en deuxième demie et ils ont appliqué plus de pression. Il faut cependant être en mesure d’exécuter nos ajustements à la demie et on n’a pas été en mesure de le faire.»

Le receveur Jacob Salvail était aussi très déçu de la seconde défaite des siens. Malgré sa solide performance individuelle de 7 attrapés et 97 verges accumulées en plus d’un touché, il n’avait en tête que la performance collective des Stingers.

«Ça ne veut rien dire pour moi les statistiques individuelles, on a perdu et il faut mieux jouer dans le futur», explique le natif de Québec.

Quelques statistiques:

- Le Rouge et Or est maintenant bien installé avec cette victoire au deuxième rang du RSEQ qui appartenait à Concordia.

- Le receveur Kevin Mital domine le RSEQ avec 6 touchés depuis le début de la saison. Il en a ajouté deux aujourd’hui.

- Le botteur Vincent Blanchard a enregistré une spectaculaire moyenne de 43,7 verges sur ses bottés de dégagement.

- Les Stingers croiseront le fer face aux Carabins la semaine prochaine tandis que le Rouge et Or reçoit la visite du Vert & Or de Sherbrooke.