Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Alouettes de Montréal

Les Alouettes confiants, mais prudents

Publié | Mis à jour

Le dernier duel des Alouettes face au Rouge et Noir d’Ottawa s’est conclu par le pointage assez évocateur de 51 à 29 en faveur de Montréal, le mois passé. Des ajustements plus que nécessaires ont été apportés par l’équipe de la capitale canadienne depuis et il n’est aucunement question de sous-estimer cet adversaire.

«Parfois, les équipes n’oublient pas ce genre de choses. On ne peut arriver avec une mentalité comme : “on vous a battu avec 50 points la dernière fois”. Ils vont nous faire face avec une nouvelle vision, un nouveau quart-arrière», a exposé samedi en conférence de presse Patrick Levels.

Le secondeur des «Moineaux» se méfie du jeune pivot Caleb Evans, qui devrait obtenir son troisième départ de la saison lundi. Le quart de 23 ans a été malmené par les Argonauts de Toronto à son dernier match, mais il a donné un nouveau souffle au Rouge et Noir.

«À son premier match, ils étaient désespérément en quête de victoire et il leur a donné ce dont ils avaient besoin», a admis Levels.

«C’est un jeune quart-arrière, alors il faudra le pousser à prendre de mauvaises décisions. On ne peut pas le prendre à la légère. Il faut le respecter quand même, il a montré de belles choses», a rebondi David Ménard, qui sera à son poste comme à l’habitude sur la ligne défensive.

Très mobile, Evans a déjà parcouru 113 verges avec le ballon, et son explosivité sera à surveiller. Il a également lancé trois passes de touché, pour autant d’interceptions.

L’offensive se présentera

Le sujet a été abordé à outrance dans les derniers jours, mais les Alouettes devront composer avec plusieurs remplaçants sur la ligne offensive. La présence de Tony Washington est loin d’être assurée, selon l’entraîneur-chef Khari Jones.

En l’absence de William Stanback comme porteur de ballon, il y a aussi un gros trou à combler. Le receveur Jake Wieneke a choisi de vanter ses coéquipiers en attaque plutôt que de souligner l’absence de quelques éléments.

«[La ligne offensive] a fait tout un travail cette année pour bloquer, alors nous sommes confiants. On a de très bons porteurs également, Cam [Artis-Payne], Jeshrun [Antwi], Taku [Lee]. [...] On aura un visage différent, mais on espère que le résultat sera le même», a mentionné Wieneke.

L’Américain avait particulièrement de bons mots pour Cameron Artis-Payne, qui remplacera vraisemblablement Stanback aux côtés du quart-arrière.

«Il est incroyable. Je me souviens de l’avoir observé pendant qu’il était dans la NFL, ça fait longtemps que je connais son nom. J’ai vu ce dont il était capable au camp et cette année. Il travaille bien, il est un bon gars de vestiaire», a-t-il en vantant les capacités de leader du vétéran.

Des fleurs pour Wieneke

S’il y en a bien un qui mérite des compliments chez les Alouettes, c’est bien Wieneke lui-même. Aucun receveur de la Ligue canadienne de football n’a fait mieux que ses six majeurs cette saison et il se classe au cinquième rang pour les verges sur réception avec 545.

«Il a repris là où il avait laissé en 2019. On l’utilise davantage qu’en 2019 et il nous le rend bien, a indiqué Jones avec un grand sourire. Il fait des attrapés incroyables, il a du flair pour se démarquer dans la zone des buts et j’apprécie ça énormément. Je suis très heureux de la façon dont il joue. Il est un receveur et un être humain de qualité.»

Les Alouettes (3-4) et le Rouge et Noir (2-6) s’affronteront lundi au Stade Percival-Molson, avant de croiser le fer une nouvelle fois la semaine suivante, à Ottawa.