Crédit : Photo d'archives, Martin Chevalier

Alouettes de Montréal

William Stanback devrait s’absenter lundi

Publié | Mis à jour

Les Alouettes de Montréal disputeront lundi ce que plusieurs qualifient du match le plus important de la saison, face au Rouge et Noir d’Ottawa. Khari Jones et sa troupe devraient toutefois composer sans William Stanback, le porteur de ballon le plus en vue de la Ligue canadienne de football (LCF) dernièrement.

«Vous ne voulez jamais perdre un gars comme Stanback, surtout de la façon dont il joue en ce moment», a indiqué à regret l’entraîneur-chef des Moineaux en vidéoconférence, vendredi.

«De la façon dont il porte le ballon 15 à 20 fois par match, c’est normal d’en subir les conséquences», a ajouté Jones à propos de celui qui a été blessé aux côtes au cours du dernier match face aux Tiger-Cats de Hamilton.

Avec 677 verges parcourues ballon en main, Stanback mène de loin tous les porteurs du circuit Ambrosie cette saison. En sept matchs seulement, le joueur de 27 ans a effectué 109 courses. À la longue, il est normal que de petites blessures remontent à la surface.

«Souvent, il se trompe, mais il est tellement fort qu’il va passer au travers d’un gars et il va gagner le même nombre de verges. Il se rend la tâche difficile, c’est pour ça qu’il a des bobos, qu’il est magané», a reconnu l’instructeur-adjoint et ancien receveur, André Bolduc.

Jones n’a pas encore écarté totalement l’idée d’insérer Stanback dans sa formation, que ce soit en sentinelle ou en duo avec un autre porteur.

«Il y a une possibilité que nous l’ayons avec nous, mais je dirais qu’elle est assez petite en ce moment. Nous voulons nous assurer qu’il soit prêt pour la suite. À moins qu’il ne fasse un retour miraculeux dans les prochains jours, nous irons avec Cameron Artis-Payne», a annoncé le pilote.

La solution de rechange

Artis-Payne n’est quand même pas n’importe qui. L’Américain a vu très peu d’action dans la LCF, mais il a passé près de cinq ans avec les Panthers de la Caroline, dans la NFL. L’état-major des Alouettes a donné son vote de confiance au vétéran.

«“Cam” a beaucoup d’expérience, alors il prend toujours les bonnes décisions à la ligne de mêlée. Ses “cuts” [virages] sont soudains. Il est vraiment nord-sud. Ce n’est pas un porteur qui va aller vers les [lignes de côté], a expliqué Bolduc. C’est un style différent de Stanback. Il ne brisera pas autant de plaqués, mais il va toujours prendre la bonne décision.»

Avant de signer avec les Alouettes en février 2021, Artis-Payne a évolué une saison dans la défunte XFL. Il n’a donc pas été partant depuis mars 2020 et a effectué deux courses face à Hamilton la semaine dernière.

«Je me sens en forme pour porter le ballon. Je suis excité pour lundi», a-t-il indiqué aux membres des médias, visiblement en confiance.

Un match des éliminatoires

Montréal (3-4) et Ottawa (2-6) occupent présentement les deux derniers rangs de la section Est. Dans un classement très serré, une victoire permettrait aux «Als» de rejoindre au deuxième échelon les Tiger-Cats (4-4). Pas de doute, il s’agit là d’un duel à ne pas échapper.

«Nous avons le sentiment que nous ne pouvons pas laisser aller plus de matchs, parce qu’on l’a déjà fait plus tôt cette saison», a avoué Jones, qui a apprécié l’attitude de ses protégés face à Hamilton.

«C’est un match de séries, il faut s’éloigner d’Ottawa, a ajouté Bolduc. Il faut se rapprocher de Hamilton et de Toronto. [...] C’est un match très, très important pour nous. On traite Ottawa comme on traite toutes les autres équipes.»