Crédit : AFP

F1

Turquie: Hamilton domine, mais perd 10 places

Publié | Mis à jour

Le leader actuel de la Formule 1 Lewis Hamilton a dominé les premiers essais libres vendredi, avec un nouveau moteur qui lui vaudra une pénalité de dix places au départ du Grand Prix de Turquie dimanche.

Sur l'asphalte de son septième sacre mondial obtenu à Istanbul en novembre dernier, Hamilton a utilisé à merveille son nouveau moteur à combustion interne. Premier au championnat du monde avec deux points d'avance sur Max Verstappen (Red Bull), le Britannique a relégué le Néerlandais à plus d'une demi-seconde vendredi. 

Mais dimanche, Hamilton partira au mieux 11e sur la grille de départ. Le fait d'utiliser un 4e moteur, au-delà du quota autorisé par saison, lui vaut en effet une pénalité automatique de dix places au départ de cette 16e manche sur 22.

Si une autre pièce est changée sur son unité de puissance samedi avant la troisième séance d'essais (11h00), avant les qualifications (14h00) ou avant la course dimanche (14h00), alors le septuple champion du monde sera pénalisé plus lourdement.

La carte Leclerc 

Il y a quinze jours en Russie, Max Verstappen (Red Bull) avait tout changé sur son unité de puissance et avait donc débuté la course de la 20e et dernière place... avant de finir 2e derrière Hamilton.

Avec le rythme affiché par "Sir Lewis" vendredi, un même scénario, voire une 101e victoire en Grand Prix, n'est pas à écarter.

Verstappen, à bord d'une Red Bull peinte exceptionnellement en rouge et blanc pour rendre hommage à son motoriste Honda qui quitte la F1 en fin de saison, n'a pas encore trouvé le bon rythme, étant 2e puis 5e des essais. 

A quelque quarante kilomètres à l'est de Sainte-Sophie et du palais de Topkapi, là où la mégapole stambouliote n'a pas encore dévoré toutes les collines et forêts alentour, c'est Charles Leclerc qui pourrait avoir une carte à jouer. 

Crédit photo : AFP

Le Monégasque a pris le 3e puis le 2e temps des essais, lui qui bénéficie aussi d'un nouveau moteur sur sa Ferrari depuis la Russie.

«L'objectif est d'être devant McLaren, juste derrière Mercedes et Red Bull, et pourquoi pas mieux si on en a l'opportunité», expliquait jeudi à l'AFP le pilote aux deux victoires en GP en 2019.

«Cette année on a eu de bonnes courses (2e à Silverstone notamment, NDLR) mais on a eu trois courses qui nous ont fait assez mal, Monaco, Budapest et la dernière en Russie, où on a perdu de très gros points», a-t-il regretté. 

«J'aimerais bien que tout rentre dans l'ordre pour cette dernière partie de saison.»

Nouveaux gants après l'épisode Grosjean 

Par ailleurs, cinq pilotes (Hamilton, Vettel, Sainz, Ricciardo, Russell) testent lors des essais un nouveau prototype de gants, mis au point après l'accident du pilote franco-suisse Romain Grosjean l'an dernier à Bahreïn.

«Les gants prototypes sont conçus pour offrir une protection accrue contre la propagation de la chaleur», a expliqué un porte-parole de la FIA, «une augmentation du temps pendant lequel le gant peut être exposé à la chaleur directe des flammes avant que la température sur la peau n'atteigne un niveau préoccupant». 

Le 29 novembre 2020, Grosjean avait réussi à s'extraire de sa monoplace en flammes et coupée en deux après avoir percuté une barrière de sécurité. 

Il avait souffert de brûlures aux mains, d'une entorse à la cheville gauche et de contusions.