Crédit : AFP

Sports divers

Six athlètes qui ont pris une pause de leur sport pour des raisons personnelles

Publié | Mis à jour

Simone Biles, Jonathan Drouin, Naomi Osaka et maintenant Carey Price: ces athlètes nous ont rappelé qu’ils ne sont pas invincibles. 

Voici six athlètes qui ont déjà mis leur carrière sur pause pour prendre soin d’eux. 

Simone Biles 

La gymnaste américaine de 24 ans est l’athlète la plus médaillée de l’histoire de son sport. Elle s’est retirée des Jeux olympiques de Tokyo, l’été dernier, pour préserver sa santé mentale.

La jeune athlète a souffert d'anxiété et était victime de «twisties», un phénomène qui fait perdre aux gymnastes leur sens de l'orientation lorsqu'ils sont dans les airs.

Dans une entrevue accordée au «New York Magazine», Biles ne s’en cache pas: son anxiété n'est pas près de disparaître.

«Ce sera probablement une chose sur laquelle je travaillerai pendant 20 ans, a-t-elle déclaré. Je veux juste qu'un médecin me dise quand je serai guérie. Comme quand on vous opère et que c'est réparé. Pourquoi personne ne peut me dire que, dans six mois, ce sera fini?»

Bobby Ryan 

En novembre 2019, l’ailier droit qui évoluait avec les Sénateurs d’Ottawa a intégré le programme d’aide aux joueurs de la LNH, le même que suivra le gardien du Canadien Carey Price. Ce programme offre un soutien aux joueurs qui souffrent de divers problèmes de nature personnelle, comme des troubles de santé mentale ou d’abus de substances.

Ce n’est que quelques mois plus tard, en février 2020, qu’il a parlé ouvertement de ses problèmes de dépendance à l’alcool, dont il tentait, dit-il, de se débarrasser depuis longtemps.

«Il y a beaucoup de préjugés liés au fait de demander de l’aide», a-t-il regretté en entrevue avec le journal "Ottawa Sun". Il a confié avoir fait une crise de panique qui lui a fait réaliser que sa vie allait dans la mauvaise direction. C'est à ce moment qu'il a décidé de faire ce qu'il fallait pour guérir.

Michael Phelps 

En 2014, le nageur américain a été arrêté, puis condamné pour conduite avec facultés affaiblies. Trois ans plus tard, Phelps a admis avoir pensé au suicide pendant cet épisode.

L’athlète qui a remporté 28 médailles olympiques, dont 23 d’or, a confié au «USA Today» s’être senti mieux lorsqu'il a commencé à parler de ses problèmes.

«Maintenant, il y a des enfants et des adultes qui viennent me voir pour me dire qu’ils ont été capables de s’ouvrir aux autres grâce à moi. L’isolement peut être néfaste. Quand je voyais mon thérapeute, je me sentais un million de fois mieux.»

Connor Ingram 

Le gardien des Predators de Nashville a lui aussi pris part au programme d’aide aux joueurs de la LNH, en janvier 2021.

Si le joueur originaire de la Saskatchewan est depuis retourné au jeu, les raisons de son entrée volontaire dans le programme de la LNH demeurent inconnues.

Naomi Osaka 

La joueuse de tennis nippo-haïtienne s’est confiée cet été sur ses problèmes de santé mentale, après avoir été éliminée au troisième tour des Internationaux des États-Unis, à New York.

«Honnêtement, je ne sais pas quand je vais jouer mon prochain match de tennis. Je pense que je vais faire une pause pendant un certain temps», a dit l'athlète de 23 ans qui avait craqué deux semaines plus tôt, au tournoi de Cincinnati.

En juin, à Roland-Garros, elle avait déclaré forfait avant le deuxième tour, admettant souffrir d’anxiété et traverser des «épisodes dépressifs».

Jonathan Drouin 

En avril dernier, l'attaquant du Canadien a décidé de faire une croix sur sa saison. En entrevue avec TVA Sports, il a récemment avoué avoir souffert d’anxiété et d’insomnie tout au long de l’année.

«D’ailleurs, ça fait plusieurs années que je "deale" avec ça», a précisé le hockeyeur de 26 ans, ajoutant que la pandémie avait aggravé ses problèmes de santé mentale.

«Être confiné dans sa chambre d’hôtel, passer quatre ou cinq jours sans pouvoir sortir, c’est certain que ça n’a pas aidé. Ç'a peut-être accéléré le processus.»