Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Ehlers: une question de mentalité

Publié | Mis à jour

L’attaquant des Jets de Winnipeg Nikolaj Ehlers pourrait aisément élever son jeu d’un cran cette saison et franchir pour la première fois de sa carrière le plateau des 30 filets.

L’ancien des Mooseheads de Halifax, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), croit avoir constamment progressé au cours des six dernières saisons dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Le Danois a d’ailleurs inscrit 46 points, dont 21 buts, en 47 rencontres lors de la dernière campagne.

«Je ne me soucie pas des chiffres, a admis Ehlers au réseau Sportsnet, vendredi. Les chiffres viendront si je joue de la bonne manière, si je joue de la façon dont je sais que je suis capable. Je suis excité pour cette saison. Je crois avoir effectué des pas vers l’avant toutes les années et je continuerai à faire ainsi.»

L’athlète de 25 ans évoluant à l’aile droite devrait d’ailleurs avoir comme joueur de centre le Québécois Pierre-Luc Dubois, qui entamera sa première année complète sous les couleurs des Jets de Winnipeg. Celui-ci a été habitué dans sa jeune carrière à jouer avec des acolytes de haut talent comme Artemi Panarin, maintenant super vedette des Rangers de New York. Actuellement, leur trio est complété par Andrew Copp.

Pour Ehlers, il s’agit d’avoir une mentalité de tireur d’élite, de décocher plus de lancers au filet. Dans une victoire de 3 à 2 des siens face aux Flames de Calgary, mercredi, le gaucher a enfilé l’aiguille à deux reprises. La première de ses deux réussites est venue directement après avoir traversé la ligne bleue adverse à toute vitesse, d’où il a décoché un véritable boulet de canon qui n’a laissé aucune chance au gardien Dan Vladar.

«Je suis à l'aise avec cette mentalité de tirer en premier, a-t-il décrit. Je crois que, quand on a cette mentalité, d’autres ouvertures se créent et ça tend vers cette direction. Donc, je continuerai à travailler là-dessus.»

Talent visible

Ce ne sont pas seulement les analystes et les amateurs de hockey qui ont remarqué le talent électrisant d’Ehlers. Ses coéquipiers aussi ont leur part d’éloges à lancer.

«Quand il joue avec rapidité, il est à son meilleur et son lancer coïncide avec cette situation, a analysé le défenseur des Jets Josh Morrissey. Quand on le regarde aller, quand il tire, surtout à pleine vitesse, il y a une chance que ça finisse au fond du filet.»

Pour l’entraîneur-chef de la formation, Paul Maurice, il ne fait aucun doute que le rapide attaquant fait partie de l’élite du circuit Bettman.

«Il est tellement dangereux, son jeu est simplement différent, a mentionné Maurice. C’est un marqueur, tout comme Kyle Connor. Ces gars-là battent les gardiens à distance. Il n’y a qu’une poignée de joueurs qui peuvent déjouer des gardiens de loin avec régularité. Si on les recense, on voit que ce sont tous des joueurs élites.»

De son côté, le nouveau venu dans la brigade défensive des Jets, Brenden Dillon, pense avoir trouvé la stratégie pour améliorer sa production offensive cette année.

«Je crois que je devrais simplement laisser la rondelle à Nik Ehlers derrière notre filet pour obtenir plusieurs mentions d’aide secondaires, a dit Dillon à la blague. J’ai noté celle-là après la partie [de mercredi]. Je crois qu’il n’y a que quelques joueurs à travers la ligue qui peuvent faire ça et nous sommes chanceux d’en avoir un [Ehlers].»