Canadiens de Montréal

Trop de pression à Montréal pour les joueurs des Canadiens?

Publié | Mis à jour

L’annonce des Canadiens de Montréal a eu l’effet d’une bombe jeudi, alors que le gardien vedette Carey Price a pris la décision de quitter l’organisation pour une durée indéterminée.

Cette saga ressemble étrangement à celle de Jonathan Drouin, qui a dû s’éclipser pour le reste de la dernière saison en raison de problèmes de santé mentale. À la suite de cette onde de choc, une fameuse question a évidemment refait surface...  

  Est-ce qu’il y a trop de pression à Montréal pour les joueurs des Canadiens?

Une question difficile à répondre, même pour les anciens gardiens de la Ligue nationale. 

«La pression à Montréal a toujours été plus forte que dans d’autres marchés, a expliqué l’analyste Éric Fichaud sur les ondes de TVA Sports. La pression a Toronto est très forte aussi.»

Ce n’est pas un mystère, tous les joueurs du circuit Bettman savent que Montréal est un marché de hockey où la pression est forte. 

Un nouveau problème nuit toutefois aux joueurs du Tricolore depuis quelques années, estime Fichaud. 

«La réalité, c’est que les réseaux sociaux ont multiplié cette pression, a-t-il lancé. Les joueurs doivent apprendre à se détacher de ça. C’est facile à dire, mais c’est beaucoup plus difficile à faire. L’organisation doit être consciente que c’est une réalité aujourd’hui.»  

L’ex-gardien de la LNH raconte qu’il s’est fait critiquer sévèrement durant sa carrière, mais avant l’arrivée des réseaux sociaux.

«Aujourd’hui, la même nouvelle peut revenir 150 fois, ajoute-t-il. Ça fait partie de la vie d’un athlète professionnel. Les joueurs vont se supporter entre eux.» 

À voir dans la vidéo ci-dessus.

giguere sur price -