Canadiens de Montréal

Price: un cri du cœur de Lapierre

Publié | Mis à jour

La détresse psychologique n’a rien à voir avec ton compte en banque. 

C’est le message lancé par Maxim Lapierre dans sa chronique quotidienne à l’émission JiC, jeudi. Voyez son cri du cœur bien senti dans la vidéo ci-dessus.  

L’ex-agitateur a été estomaqué en lisant les nombreux messages qu’il a reçus au cours de la journée depuis l’annonce en matinée de la nouvelle sur Carey Price, qui suivra le programme d'aide de la LNH en raison de problèmes de santé mentale. 

«En lisant des messages que je recevais, j’étais hors de moi quand on me disait que Carey ne devrait pas se plaindre avec le salaire qu’il fait. Il a le droit d’avoir mal. Une tape dans la face ne fait pas moins mal lorsque tu es millionnaire. Il faut arrêter de penser à l’argent et de regarder l’être humain», a affirmé Lapierre. 

«Quand je pense à Price, je ne pense pas à Price le millionnaire qui joue pour le Canadien, mais à Price qui fait des câlins au petit gars qui a perdu son père à la remise des trophées de la LNH et qui passe du temps dans les hôpitaux», a-t-il ajouté. 

Des effets bénéfiques?    

D’un point de vue personnel, Lapierre trouve triste de voir un ancien coéquipier se retrouver dans une telle situation. Il croit cependant que «ça va faire avancer les choses».

«C’est triste de voir un ancien coéquipier, un gars avec qui j’ai gagné la Coupe Calder, être dans cette situation. Mais en même temps, que Drouin et Price disent qu’ils ont besoin de temps pour prendre soin d’eux, c’est un message qui va faire avancer les choses.

«Ça m’amène à réfléchir sur la pression que l’on met sur les jeunes hockeyeurs. Dès leur bas âge, il faut qu’ils performent 12 mois par année, en plus d’aller à l’école. Est-ce que ça commence à être trop et qu’on va voir de plus en plus de cas comme celui-là.»

Par ailleurs, Lapierre est convaincu que l’absence de Price servira de source d’inspiration pour ses coéquipiers. 

«Les joueurs vont tout donner pour Carey. Dans le vestiaire, ils vont dire : Il y a un gars qui tient le fort depuis 15 ans, on va aller gagner pour lui. Je peux te le garantir. Il est adoré dans le vestiaire.»