Crédit : AFP

F1

F1: la COVID-19 s’invite... dans la voiture médicale!

Publié | Mis à jour

La Formule 1 devra se passer, en fin de semaine en Turquie, des deux occupants habituels de la voiture de sécurité, celle qui s’élance en queue de peloton lorsque le signal du départ est donné.

Le pilote Alan van der Merwe et son passager, le médecin Ian Roberts, ont été déclarés positifs à la COVID-19 lors d’un test de dépistage tenu à quelques jours de la présentation de la 16e étape du Championnat du monde qui aura lieu à Istanbul.

Tous les intervenants présents dans le paddock de la F1 sont soumis à un programme massif pour éviter une propagation du virus pendant les fins de semaine de compétition.

Des quelque 150 000 tests effectués depuis la reprise des courses en juillet 2020, 124 cas positifs ont été répertoriés. Parmi ceux-ci figurent quelques pilotes dont le Québécois Lance Stroll, Lewis Hamilton et Sergio Pérez qui, tour à tour, ont été forcés de rater une ou deux courses l’an dernier.

Intervention mémorable

Van der Merwe, un ancien pilote d’essai pour la défunte écurie BAR, s’est vu confier les commandes de la voiture médicale en 2009. Son partenaire, lui, l’a rejoint quatre ans plus tard.

Tous les deux se sont fait remarquer pour leur implication dans l’accident qui a failli coûter la vie au Français Romain Grosjean l’an dernier à Bahreïn. Ils seront remplacés par Bruno Correia, déjà pilote de la voiture de sécurité en Formule E, et le médecin Bruno Franceschini.

L’expérience des courses sprints, préconisées à deux reprises (Silverstone et Monza) cette année en F1, devrait s’étendre à au moins sept Grands Prix en 2022. C’est du moins ce qu’a avancé le patron de la F1 lors d’une entrevue accordée au réseau britannique Sky Sports.

«Les commentaires, notamment de la part des promoteurs, ont été suffisamment positifs pour répéter cette démarche à plus grande échelle», a déclaré Stefano Domenicali.

Il y a lieu de croire que le Grand Prix du Canada, qui reprendra sa place en 2022 après deux années d’absence, sera sur la liste des pays retenus. Rappelons que le circuit Gilles-Villeneuve avait été ciblé pour être le théâtre de la toute première course sprint à être organisée, mais, la faute à la pandémie, l’escale montréalaise avait été annulée en juin dernier.

Initiées en 2021, les courses sprints, d’une durée de 30 minutes, remplacent la traditionnelle séance de qualifications du samedi et le résultat permet de déterminer la grille de départ de l’épreuve principale du lendemain.

Sainz pénalisé

Brillant troisième au récent Grand Prix de Russie, Carlos Sainz partira en queue de peloton lorsque les feux rouges s’éteindront au circuit d’Istanbul dimanche.

L’écurie Ferrari a en effet fait savoir qu’elle a procédé au changement de moteur de sa monoplace. Son coéquipier Charles Leclerc avait lui aussi profité d’un nouveau groupe propulseur deux semaines plus tôt à Sotchi.