Crédit : AFP

LNH

Pettersson et Hughes ont trouvé le temps long

Publié | Mis à jour

Signataires de nouveaux contrats avec les Canucks de Vancouver, l’attaquant Elias Pettersson et le défenseur Quinn Hughes ont avoué avoir trouvé le temps long en regardant à distance leurs coéquipiers amorcer le calendrier préparatoire.

Les deux hommes ont conclu des ententes avec l’organisation, dimanche, Pettersson acceptant 7,35 millions $ par campagne pour les trois prochaines années et Hughes signant pour six ans, à raison d’une rémunération annuelle de 7,85 millions $. Au-delà de l’argent, c’est la possibilité de retrouver leurs complices sur la patinoire et de disputer les premiers matchs de la saison régulière qui les réjouit le plus.

Effectivement, les récents jours à s’entraîner à distance au Michigan en compagnie du joueur d’avant des Sénateurs d’Ottawa Brady Tkachuk – toujours en quête d’un nouveau pacte – ont certes été productifs, mais ce n’est pas comparable de patiner avec une équipe complète à leurs yeux.

«Oui, on a essayé de régler ça pendant tout l’été. Je pense que l’élément ayant permis d’y arriver, c’est quand nous étions tous les deux à la maison en train de regarder la première partie hors-concours. Ça nous ennuyait, on se disait qu’on devrait être là, a affirmé Hughes en entrevue au réseau Sportsnet, mardi. Après cela, nous étions fébriles, puisque l’équipe voulait finaliser le tout et nous également.»

Néanmoins, l’attente n’a pas été si pénible pour eux. Le fait d’être simultanément dans le même bateau a pu les aider à garder la forme - en compagnie de Tkachuk -, tout en partageant leurs états d’âme.

«Réellement, cette négociation a constitué toute une expérience. Ce fut bien de pouvoir aller au Michigan avec Brady et Quinn. J’ai aussi discuté avec mon agent pratiquement à tous les jours. Mais vraiment, aller là-bas a facilité les choses», a souligné Pettersson.

Préparation pour le premier jour

Les Canucks auront encore deux duels préparatoires face aux Oilers d’Edmonton, jeudi et samedi, avant de commencer leur parcours. Voilà une belle occasion pour leurs deux «nouveaux venus» de fourbir leurs armes. Même s’ils n’ont pas entamé le camp à temps, ils se disent nullement inquiets pour la suite.

«On a patiné intensément au Michigan, même si c’était plus compliqué à trois gars seulement sur la glace. [...] Je crois ne m’être jamais senti aussi bien et nous serons prêts», a assuré Hughes.

Vancouver jouera pour la première fois en 2021-2022 le 13 octobre, contre les Oilers.