Crédit : AFP

MLB

Les Blue Jays veulent retenir leurs vedettes

Publié | Mis à jour

Au terme d’une saison prometteuse qui s’est malgré tout soldée par une exclusion des éliminatoires, les Blue Jays de Toronto sont en excellente posture à tous les niveaux pour faire un pas en avant rapidement.

C’est du moins ce que le directeur général Ross Atkins a dit, mercredi, à l’occasion de son bilan, trois jours après que son équipe eut été devancée de justesse par les Red Sox de Boston et les Yankees de New York dans la course aux équipes repêchées de la Ligue américaine.

Parmi les dossiers prioritaires, Marcus Semien, Robbie Ray et Steven Matz pourraient causer des maux de tête à Atkins. Les trois joueurs deviendront joueurs autonomes après avoir connu d’excellentes saisons. Le plan est de poursuivre les discussions et selon le dirigeant, la situation financière avec la masse salariale les place dans une situation avantageuse.

«Pour tous les trois, nous avons de l’intérêt. Nous parlons de nos intérêts, des leurs, et nous espérons qu’ils concordent», a ainsi confirmé le DG en conférence de presse.

Destination attirante

Ray s’est placé en très bonne position pour remporter le trophée Cy-Young avec la meilleure moyenne de points mérités de la Ligue américaine, à 2,84. Matz s’est également donné de bons arguments pour négocier avec une fiche de 14-7 et une moyenne de 3,82. Finalement, Semien a atteint un sommet en carrière avec 45 circuits.

«Je les ai remerciés de nous avoir permis d’être une petite partie de leur carrière respective à travers cette année exceptionnelle, a lancé Atkins. Et j’espère qu’ils vont continuer d’avoir ce genre de saisons d’une année à l’autre et que nous en ferons partie.»

Par ailleurs, le fait que trois joueurs aient connu des saisons au-delà des attentes en arrivant avec le club canadien pourrait changer la donne lorsque l’organisation tentera d’attirer d'autres gros noms.

«De les avoir vu pendant une année, ça nous a permis de nous épanouir et ça a été gratifiant, pas seulement pour ce que ça a signifié pour [notre fiche], mais également pour notre environnement, a fait valoir Atkins. Avoir des gars qui arrivent et ont des saisons comme celles-là, ça en dit beaucoup sur nos entraîneurs, notre personnel, nos ressources et nos installations. Je crois que ce sera très attirant pour les joueurs à l’avenir.»

Une meilleure rotation?

À propos des entraîneurs, ils seront tous de retour en 2022, à commencer par le gérant Charlie Montoyo. «C'est un témoignage du leadership de Charlie, a expliqué Atkins. Ils ont mis nos joueurs en position de s'améliorer.»

Indiquant que certains jeunes joueurs, comme Bo Bichette, n’ont pas encore atteint leur plein potentiel, Atkins a malgré tout identifié quelques endroits où il peut bouger pour améliorer la formation. «Compléter le champ intérieur» et «rendre notre rotation meilleure» ont été ses réponses, et il y a fort à parier que la relève sera au cœur de ses emplettes également.