Crédit : Photo AFP

MLB

Alex Cora de retour dans son élément

Publié | Mis à jour

Pour vaincre les puissants Rays de Tampa Bay, les Red Sox de Boston auront besoin que tous les astres soient alignés, et le gérant Alex Cora compte bien faire la différence pour le club du Massachusetts.

Suspendu pour toute la saison 2020 en raison de son implication dans le scandale des signaux volés lorsqu’il dirigeait les Astros de Houston, Cora n’a eu d’autre choix que de quitter son poste. Il a ensuite été réembauché par les Sox en novembre 2020. 

Ayant déjà mené la formation aux grands honneurs en 2018, il est bien heureux de retrouver le baseball des éliminatoires après deux ans d’absence.

«C'est amusant, a-t-il dit mardi soir après la victoire de 6 à 2 des siens contre les Yankees de New York. C’est pour cela que vous voulez être gérant dans les ligues majeures. J’ai juste eu de la chance en 2018 puisque j’avais une excellente équipe. De toute évidence, 2019 ne s'est pas passé comme nous le voulions, et en 2020, nous savons tous ce qui s’est passé...»

«Mais d’être capables de jouer au baseball en octobre, nous sommes bénis.»

Décisions audacieuses à venir? 

Cora vit donc pour ces moments, où chaque décision peut faire passer un individu de héros à zéro, ou vice-versa. Et dans ces situations où la pression est à son paroxysme, Cora n’a pas peur de prendre des décisions qui font réagir.

C’est justement ce qu’il a fait contre les Bombardiers du Bronx lorsqu’il a retiré Nathan Eovaldi du monticule après seulement cinq manches et un tiers de travail alors que l’artilleur semblait en parfait contrôle du match.

La réputation d’Eovaldi n’est plus à faire lors des éliminatoires, lui qui a été un acteur important dans la conquête de la Série mondiale en 2018. Il montre ainsi une moyenne de points mérités de 1,63 en sept matchs en carrière.

Mais Cora y est allé avec son instinct et a décidé de faire confiance à ses releveurs pour clore le débat alors que le pointage était de 3 à 0.

«"Nate" était super, a dit le pilote. Quand je suis allé au monticule, il m'a lancé un regard du genre "Qu'est-ce que tu fais?" C'est un match difficile à gérer, bien sûr. S'il s'agit d'une série de cinq ou sept matchs, nous le garderons là.»

«Mais vu la façon dont notre enclos se comporte et ce que nous ressentons pour eux, j’avais l’impression que c’était le moment [de changer].»

La décision a finalement été la bonne pour Cora. Le Portoricain espère maintenant que ses pressentiments seront tout aussi justes contre les puissants Rays, que seuls les Dodgers de Los Angeles sont parvenus à freiner, l’année dernière en Série mondiale.

Et comble de la difficulté, il sera opposé à Kevin Cash, actuel détenteur du titre de gérant de l’année dans le baseball majeur.