Crédit : Photo TVA Nouvelles

LHJMQ

Deux joueurs des Tigres accusés d’agression sexuelle

Publié | Mis à jour

Deux joueurs des Tigres de Victoriaville ont formellement été accusés, mardi matin, au palais de justice de Québec, pour une agression sexuelle qui aurait été commise lors d’une fête en juin dernier.

Selon la Couronne, Nicolas Daigle et Massimo Siciliano, deux hommes aujourd’hui âgés de 19 ans, auraient agressé sexuellement une jeune femme le 6 juin dernier à Lac-Beauport, en plus de filmer la scène.

Les deux joueurs des Tigres, qui évoluent dans la Ligue de hockey junior majeure du Québec (LHJMQ), ont ainsi été accusés d’agression sexuelle et d’avoir produit un enregistrement. De plus, Nicolas Daigle fait également face à deux accusations pour avoir partagé les images de sa victime alléguée.

Notre Bureau d’enquête avait dévoilé, en juin dernier, que les deux joueurs, alors âgés de 18 ans, avaient été arrêtés à la suite des célébrations de leur équipe, qui venait de remporter la Coupe du président, remise à l’équipe championne de la LHJMQ.

Les faits entre les deux jeunes et leur victime se seraient produits à l’hôtel Entourage-sur-le-Lac, à Lac-Beauport, où se tenait la fête.

Pas de suspension dans l'immédiat

L’équipe des Tigres a brièvement réagi, mardi, en indiquant qu’elle avait été mise au courant la veille de l’arrestation de ses deux joueurs. Aucune mesure ou suspension n’a cependant été annoncée pour le moment.

«L’organisation est présentement en contact étroit avec la LHJMQ afin de prendre connaissance des détails des accusations et du statut des joueurs dans le circuit», a simplement indiqué l’équipe en précisant prendre ces accusations «très au sérieux».

La LHJMQ, pour sa part, a indiqué qu’elle prenait au sérieux ces accusations et qu’elle se donnait 48 heures pour évaluer le dossier et décider du sort des deux joueurs.

Les deux joueurs, toujours membres des Tigres, ont participé aux deux premiers matchs préparatoires de l’équipe. La prochaine partie est prévue vendredi contre les Voltigeurs, à Drummondville.