JiC

André Tourigny dévoile le plan derrière les transactions des Coyotes

Publié | Mis à jour

Certaines transactions effectuées par les Coyotes pendant l'été ont soulevé bien des questions chez les amateurs de hockey. 

L'entraîneur-chef de la formation de l'Arizona, André Tourigny, a clarifié les choses, lors d'une entrevue avec Jean-Charles Lajoie, mardi.    

«Il faut avoir une vision pour bâtir une équipe qui peut aspirer aux grands honneurs. Si tu n'échanges pas des gars comme Garland ou Dvorak, comment tu fais pour mettre la main sur des actifs de premier plan? Tu n'obtiens pas un choix de première ronde contre trois joueurs de troisième ou de quatrième trio. À un moment donné, tu dois être prêt à sacrifier des choses.»

L'ancien pilote des Huskies de Rouyn-Noranda a réitéré qu'il aurait bien aimé diriger Christian Dvorak, mais que la transaction avec les Canadiens va permettre à son équipe de bénéficier d'un meilleur futur.

«On l'aimait beaucoup, mais il s'en allait dans les quatre dernières années de son contrat. Il avait des clauses dans son entente où il pouvait refuser d'être échangé. On était dans une situation où si on obtenait des actifs pour nous aider dans notre reconstruction, il fallait prendre une décision.»

Le Québécois a également commenté la récente nomination de son fidèle complice, Mario Duhamel, qui viendra l'épauler avec les Coyotes.

«Ce que les gens voient moins, c'est qu'il y a environ entre 20 et 25 membres du personnel dans une équipe. Tous ces gens veulent savoir comment l'entraîneur fonctionne. Quand tout ce monde-là vient te voir, ça ne marche pas. Maintenant, c'est moitié-moitié et c'est la même chose avec les autres adjoints. Ça te libère pour te concentrer sur les choses importantes. Mario aide beaucoup à ce niveau. J'apprécie sa façon de voir le jeu. Au lieu de partir au bas de l'échelle, ça nous fait partir au milieu de l'échelle.»

Jusqu'à maintenant les choses se déroulent bien au camp d'entraînement puisque Tourigny aime ce qu'il voit sur la patinoire.

«Ça va très bien, les gars se présentent avec le sourire à chaque jour. On a travaillé fort et l'attitude est bonne. C'est agréable de se présenter à l'aréna.» 

Voyez l'entrevue d'André Tourigny dans la vidéo ci-dessus.