MOT-NAS-SPO-NASCAR-CUP-SERIES-YELLAWOOD-500

Crédit : Photo AFP

Course Automobile

NASCAR : 58 ans plus tard

Publié | Mis à jour

Bubba Wallace est devenu, lundi à Talladega, le deuxième Afro-Américain à remporter une épreuve en coupe NASCAR.

Le vainqueur a profité d’une forte averse pour signer sa toute première victoire dans la discipline reine du stock-car, alors que les débats ont été définitivement interrompus sur la piste au 117e tour d’une course qui devait en compter initialement 188.

Le 1er décembre 1963, Wendell Scott avait été le premier pilote de couleur à s’imposer, sur le tracé ovale de Jacksonville, en Floride.

Wallace, qui célébrera ses 28 ans ce vendredi, n’a mené que pendant cinq tours, mais il a su remonter le peloton et croiser le fil d’arrivée au premier rang à un moment opportun.

À la maison

La compétition, prévue dimanche, avait été reportée au lendemain en raison du mauvais temps.

Brad Keselowski et Joey Logano, coéquipiers au sein de l’écurie Penske, se sont classés deuxième et troisième respectivement.

Originaire de Mobile, une ville de l’État de l’Alabama où est situé le mythique circuit de Talladega, Wallace ne pouvait trouver un meilleur moment pour savourer cette consécration.

«Cette première victoire, je la voulais à la maison !» s’est-il exclamé.

Le vainqueur avait peine à cacher ses émotions à sa sortie de voiture, lui qui a aussi procuré une première victoire à la nouvelle écurie fondée à la fin de la saison dernière par l’ancienne vedette de la NBA Michael Jordan et le triple champion du Daytona 500, Denny Hamlin. Ce dernier a terminé au septième rang.

Ne pas se laisser influencer

En juin 2020, toujours à Talladega, des employés de la piste avaient découvert un nœud coulant dans la section du garage assignée à Wallace. S’est ensuivi un vaste mouvement dans le paddock du NASCAR pour soutenir le pilote et pour décrier le racisme.

«Il faut rester solide et demeurer motivé, a déclaré Wallace. Et surtout, il ne faut jamais se laisser influencer par des gens qui vous veulent du mal. J’ai songé à abandonner la course à plusieurs reprises, a-t-il renchéri, mais mon entourage a su m’aider à poursuivre l’aventure.»

• À lire aussi: «On a gagné !»

Cette victoire de Wallace est aussi celle d’un Québécois, puisque l’ingénieur en chef de Wallace est Étienne Cliche, que Le Journal a joint en Caroline du Nord.

«Le téléphone n’arrête pas de sonner, a-t-il dit. On savait que la voiture était performante et que Bubba avait tout le talent pour gagner. Il a fait un travail remarquable. La pluie s’en venait, alors on lui a dit de pousser au maximum.»

Originaire de Vallée-Jonction, il a suivi la course depuis les ateliers de l’équipe dans la région de Charlotte.

«C’est certain que j’aurais voulu être à Talladega, mais en raison de la pandémie, a souligné Cliche, les effectifs sur place sont réduits. Peu importe, on va la fêter cette victoire.»