Canadiens de Montréal

Développement rapide dans le dossier Jake Evans

Développement rapide dans le dossier Jake Evans

Louis Jean

Publié 04 octobre
Mis à jour 04 octobre

Jake Evans a signé une prolongation de contrat au cours des dernières heures. Les choses ont bougé rapidement en ce qui concerne ce pacte de trois ans. Il y deux ans et demi à peine, Evans n’était pas vraiment dans le portrait. Il a lui-même reconnu lundi en parlant aux journalistes qu’il ne s’attendait pas à un tel dénouement.

C’est son éthique de travail, son ouverture d’esprit et surtout son désir d’adapter son jeu au hockey de la LNH qui ont fait en sorte qu’il s’est créé une place au sein de l’organisation. Quand même incroyable qu’Evans soit passé de joueur qui pensait signer des contrats d’un an et devoir continuellement se prouver, à troisième centre du CH avec un poste assuré et une sécurité financière.

On a longtemps critiqué les problèmes de développement du Canadien. Dans le cas de l’ancien choix de 7e ronde, donnons crédit à l’organisation, c’est la preuve d’un travail bien fait.

Burrows : une grande influence  

Quelles sont les personnes qui ont grandement aidé Evans en cours de route? Joel Bouchard sans aucun doute depuis son passage dans les rangs professionnels. Il ne faut pas sous-estimer l’impact qu’a eu Alex Burrows aussi. On m’a dit que Burrows a largement contribué à faire ressortir le meilleur d’Evans et à lui permettre d’atteindre la Ligue nationale. L’entraîneur-adjoint a pris Evans sous son aile, lui parlait beaucoup, l’a mis en confiance. Le résultat est plus que concluant même si l’échantillon est mince.

Nouveau départ pour Montembeault  

Lorsque le Canadien a réclamé Samuel Montembeault au ballotage ce weekend, le moulin à rumeurs s’est enflammé concernant l’état de santé de Carey Price. Price ne prendra part à aucun match préparatoire et il devient de plus de plus improbable de le voir amorcer la saison à temps. On verra bien comment les choses évolueront. 

En ce qui concerne Montembeault, avec la congestion devant le filet en Floride, le Québécois cherchait activement une nouvelle opportunité pour relancer sa carrière. Son entourage avait cogné à la porte du CH cet été, mais le timing n’était pas bon. Le ballotage et la situation de Price ont soudainement ouvert la porte.

Un ancien entraîneur de Montembeault juge que le Canadien a pris un bon pari. «Il possède une excellente technique et il a démontré qu’il peut jouer dans la ligue nationale. C’est une bonne option pour appuyer Jake Allen. Ce sera peut-être le coup de pied dans le derrière dont il a besoin.»

À 24 ans, l’ancien gardien de l’Armada de Blainville-Boisbriand mettra tout en œuvre pour saisir sa chance.

Lehner devra s’expliquer  

Robin Lehner n’a peur de rien. Il a traversé l’enfer avant de relancer sa carrière. Il est l’un des joueurs les plus colorés de la LNH et n’a jamais peur de livrer le fond de sa pensée. Comme journaliste, difficile de demander mieux.

Au cours du weekend cependant, Lehner a publié une série de tweets qui ont soulevé de vives réactions et ont semé la confusion. D’abord, ses intentions étaient nobles. Lehner a voulu se porter à la défense de son ancien coéquipier Jack Eichel dans son impasse avec les Sabres de Buffalo. En ce qui concerne l’imbroglio Eichel, Lehner était mal informé. La LNH, l’Association des joueurs et l’agent d’Eichel, Pat Brisson, travaillent activement pour trouver une résolution au conflit. 

Ce qui a fait énormément réagir toutefois, ce sont les accusations contre Alain Vigneault, un entraîneur d’expérience. Lehner prétendait que l’entraîneur des Flyers distribuait des pilules pour dormir à ses joueurs. Lehner a depuis rectifié ses propos expliquant qu’il accusait Vigneault d’être un dinosaure en raison du traitement qu’il réserve à ses joueurs.

L’Association des joueurs aurait clairement préféré que Lehner soulève ses doléances en privé. On a lui a parlé à quelques reprises ce weekend et le gardien de Golden Knights s’expliquera auprès de la ligue très prochainement me dit-on. «On prend ces accusations très au sérieux» a déclaré une source bien au fait du dossier.

Bien que j’aime la passion et le côté combatif du joueur, Lehner a été téméraire en lançant des charges ambigües sans dévoiler de preuve. Il implique des entraîneurs, des équipes médicales, des préposés, etc.

Depuis 2013, la LNH a énormément resserré les règles pour la prescription de médicaments que ce soit les somnifères ou les anti-douleurs. Est-ce qu’il y a encore des abus? C’est très possible. Lehner assure que oui. Ce sera à lui de dévoiler ses preuves et il obtiendra une audience pour le faire. Une chose est certaine, on ne pourra balayer ce dossier du revers de la main. L’un des bienfaits de ces dénonciations est que toutes les équipes risquent de revoir leur pratique pour s’assurer qu’ils font les choses selon les règles.

Est-ce que Lehner a choisi la meilleure méthode pour faire avancer les choses? On peut certainement en débattre. Mais son désir de défendre la santé des joueurs ne laisse aucun doute.