Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

L'effet Gallagher

L'effet Gallagher

Jean-Charles Lajoie

Publié 02 octobre
Mis à jour 02 octobre

J’aime beaucoup Brendan Gallagher. Guerrier fier et déterminé, le logo du Canadien sur son chandail a toujours eu plus d’importance que son nom au dos. 

Avec le départ de Shea Weber, le dauphin Gallagher est tout désigné pour devenir le prochain capitaine de l’équipe. 

Le camp d’entraînement du CH apporte son lot de questions. Mais on dirait que lorsque Gallagher a sauté sur la glace pour une première fois cette semaine, plusieurs interrogations se sont assoupies. Comme si sa seule présence avait servi à rassurer les partisans et observateurs. Je suis de ceux-là. Clairement, il y a un effet Gallagher. 

Marc Bergevin a eu une émotion vive lorsqu’il a annoncé, il y a un an, la prolongation de contrat de six saisons du petit attaquant de l’Ouest canadien. Un directeur général ne veut jamais surpayer un joueur. Il navigue généralement afin d’éviter de devoir débourser pour des services déjà bien rendus. Bergevin excelle à ce jeu. Le patron du Canadien a fait une entorse à ses règles d’or dans le cas de Gallagher. 

C’est Bergevin qui avait octroyé une entente de six ans et 22,5 millions à Gallagher en novembre 2014. Une affaire extraordinaire pour l’organisation puisque le numéro 11 aura inscrit en moyenne 28 buts par tranche de 82 matchs le long de cette entente, avec des pointes à 31 et 33 buts de 2017 à 2019. Tout ça en continuant de se jeter devant les meilleurs tirs frappés adverses. Tout ça en continuant de se rendre dans le bleu des gardiens ennemis afin de les sortir de leur bulle. Tout ça en cherchant sa pompe de Ventolin chaque fois qu’il est rentré au banc des joueurs. Chaque fois en montrant ses dents avec son plus beau sourire.

Un gars spécial

«Gally... il est spécial...», a dit en substance Bergevin il y a un an. Il avait raison. Au point de le couvrir d’or comme il l’a fait? Suis pas mal moins certain de ça. Quelle est la valeur en déboursés d’un leader? Personne ne le sait vraiment. Le leadership n’est pas statistique, c’est viscéral. En ce sens, le prétendu successeur de Shea Weber vaut son pesant. 

Dans les faits, suivant toute logique, il devrait évoluer à droite sur le troisième trio de Dominique Ducharme. À 29 ans, toujours à 5 pieds 9 pouces, avec un historique médical digne d’un projet de thèse de doctorat, mais surtout, à la première de six saisons d’un nouveau contrat lui rapportant 6,5 millions annuellement.

Une distraction?

Est-ce que Gallagher va devenir une source de distraction? J’en doute. Il ne semble pas se chauffer de ce bois mou de la revendication. Est-ce que son moral sera suffisamment d’acier pour lui permettre de conserver une attitude exemplaire? 

Il faut le souhaiter puisque seul un Gallagher heureux et déterminé pourra remplir ses obligations de leadership. 

Ducharme a quelques semaines pour définir son alignement et surtout trouver les mots justes. 

Ce sont ses mots qui éviteront des maux. Ce sont ces mots qui éviteront au guerrier Gallagher de se sentir perdu dans l’espace.  

Coup de coeur

À Kayden Guhle. Bon jeu de pied, excellente première passe. Beau physique qu’il utilise bien. Tir précis. Bon bâton. Et surtout, quelle tête de hockey. La compréhension du match de Guhle est impressionnante. Sa maturité à 19 ans, renversante. Sa prise d’information combinée à sa prise de décision en fait une valeur sûre pour le CH. Pas tout de suite par contre... 

Coup de gueule

À Ryan Poehling. Il est tôt mais le camp actuel demeure pour lui déterminant. Premier choix du Canadien en 2017, ses débuts fracassants dans un match sans signification au printemps 2019 sont bien loin. Ducharme a ni plus ni moins confirmé le statut de 4e centre de Poehling en début de camp d’entraînement. Rien n’est désormais moins certain... 

Un p'tit 2 sur...

Un duel entre les Rams de Los Angeles et les Bills de Buffalo au Super Bowl. En même temps, il reste tellement de football à disputer. N’empêche, aucune équipe ne semble vouloir le plancher dans la conférence Américaine. Dans la Nationale, la domination des Rams contre Brady et les Bucs dimanche dernier a donné le ton. Je vous en reparlerai... ou pas.