JiC

CH: une nouvelle philosophie de développement?

Publié | Mis à jour

Aux yeux de CLaude Guillet, Kaiden Guhle n’est pas encore mûr physiquement pour jouer dans la Ligue nationale de hockey, et ce, malgré le potentiel qu’il démontre à l’heure actuelle. 

«Mais le talent y est», a précisé l’analyste de TVA Sports, vendredi à JiC, au sujet du jeune défenseur prometteur. 

• À lire aussi: Sami Niku assommé «dans le numéro»

• À lire aussi: «Il n'a pas donné son 100% depuis le début du camp»

«Il n’a joué l’année dernière que 15 matchs, a-t-elle ensuite rappelé. Il y a vraiment un engouement, parce que ce qu’il nous donne sur la glace durant le camp est intéressant, mais encore là, les deux cinquièmes de l’équipe, c’est de la Ligue américaine. Ce n’est pas une opposition digne de la LNH.»

D’ailleurs, les Canadiens de Montréal ont pris bien soin de tempérer les attentes à l’endroit de Guhle lors des derniers jours, insistant sur la patience. 

«Le CH nous répète à satiété la nouvelle phrase que l’on entend : tu ne rentres jamais trop tard dans la Ligue nationale, a noté Guillet. [Dominique] Ducharme a rajouté une couche : il nous a parlé de Nick Suzuki, qui avait été retourné dans le junior à 19 ans.»

Le Tricolore, à qui on a reproché d’amener trop vite dans la LNH des joueurs comme Jesperi Kotkaniemi et Victor Mete, a-t-il appris de ses erreurs?

CLaude Guillet pousse la réflexion plus loin. S’inspire-t-on d’un vieux modèle de développement qui a fait ses preuves dans la ville de l’automobile? 

«Ducharme nous a donné l’exemple de Detroit, a-t-elle souligné. Lors des belles années des Red Wings, les jeunes joueurs devaient disputer 150 parties dans la Ligue américaine. J’ai l’impression que dans l’organisation du CH, il y a quelque chose qui se passe sur cette intention-là.» 

Voyez le segment complet dans la vidéo ci-dessus.