Photo : Enock Makonso (#43) mentionne qu’il y a en moyenne 25 000 spectateurs pour venir voir jouer les Chanticleers. Crédit : Photo courtoisie, Coastal Carolina University Athletics

Football

Un Québécois se signale dans la NCAA

Publié | Mis à jour

Myrtle Beach en Caroline du Sud est bien connu pour plusieurs Québécois pour ses plages et ses terrains de golf. La ville touristique fait également de plus en plus de bruit sur la scène du ballon ovale. L’Université Coastal Carolina performe admirablement bien dans la conférence Sun Belt et le Montréalais Enock Makonso n’est pas étranger au succès de l’équipe, qui est actuellement classée 16e aux États-Unis.

Après quelques saisons passées dans l’anonymat, les Chanticleers, c’est le nom de l’équipe qui signifie un coq en bon français, ont bousculé l’ordre établi en terminant la saison 2020 avec une fiche de 11 victoires et un seul échec. La seule défaite de l’équipe est venue aux mains de l’Université Liberty en prolongation 37-34 lors du FBC Mortgage Cure Bowl.

«Ça été difficile de terminer la saison sur une défaite, mais on est prêt à écrire une nouvelle page. La saison de l’an dernier ne veut plus rien dire et il faut maintenant se prouver à nous-mêmes qu’on peut avoir autant de succès.»

Crédit photo : Photo courtoisie, Coastal Carolina University Athletics

La saison actuelle de la petite université d’un peu plus de 10 000 étudiants est bien entamée avec quatre gains contre aucun échec. Les Chanticleers s’apprêtent maintenant à plonger dans le calendrier interconférence. Pour l’étudiant de dernière année, l’emphase est placée majoritairement sur sa saison de football.

«Toutes mes énergies vont vers mon équipe. Le succès de l’équipe prime avant tout. Je pense avoir quand même avoir progressé également sur le plan individuel et je veux offrir mon meilleur football tout au long de la saison», mentionne celui qui agit comme partant dans l’unité défensive depuis 2020.

Parcours truffé d’embuches

Le Montréalais a joué son football scolaire avec les Aigles d’Or de Dalbé-Viau avant de jouer au collégial pour les Spartiates du Vieux-Montréal. Par la suite, Makonso a bifurqué à l’Institut militaire du Nouveau-Mexique avant de finalement aboutir avec Coastal Carolina.

«Je suis très fier de mon parcours. Je dois beaucoup à l’entraîneur Dominique Ménard qui m’a permis de croire en mes rêves à Dalbé-Viau. Pour continuer ce rêve, il a fallu que j’aille aux États-Unis et la route n’a pas été facile. Ce fut spécialement le cas au Nouveau-Mexique où j’ai travaillé très fort pour obtenir ma chance en division un.»

Crédit photo : Photo courtoisie, Coastal Carolina University Athletics

Après avoir enregistré ses trois premiers plaqués, Makonso se déchire le ligament croisé antérieur du genou au tout début de sa première saison universitaire. Une situation qu’il surmonte de la seule façon qu’il connait.

«Tu travailles fort pour revenir le plus rapidement au jeu. Je ne suis pas tout seul là-dedans, il y a beaucoup de gens qui ont cru en moi et je ne veux pas les décevoir.

À son retour au jeu, une surprise attend le demi défensif puisqu’il est muté à la position de secondeur. Un nouveau défi qu’il accepte sans broncher pour dépanner sa formation malgré son petit gabarit pour la position à cinq pieds onze pouces et 195 livres.

«Je ne suis pas le plus costaud, mais je n’ai jamais eu peur d’adopter un jeu très physique. J’aime bien quand les matchs sont rudes», avoue bien humblement le Québécois qui a terminé la saison 2020 avec 47 plaqués en solo et 29 plaqués assistés en plus d’ajouter deux sacs et d’avoir forcé deux échappés.

Objectif clair

La saison actuelle a permis à Makonso de retrouver sa position naturelle de maraudeur. Il est d’avis que Coastal Carolina n’a qu’un seul objectif en 2021.

«On vise le championnat de la conférence. Rien de moins. Notre club a émergé vers le succès parce que nous avons un bon esprit d’équipe et le désir de travailler fort et de s’améliorer est présent chaque jour. Si nous conservons ces deux aspects, nos chances sont bonnes.»

D’un point de vue individuel, le joueur de football ne cache pas son grand intérêt afin de jouer dans la NFL. Il ne ferme pas la porte à la Ligue canadienne de football également, mais il aimerait beaucoup avoir sa chance dans le circuit Goodell.

«J’ai la chance de jouer sur une grosse plateforme et de me faire voir présentement. Je vais mettre beaucoup d’efforts après la saison pour atteindre le prochain niveau, mais la saison actuelle est ma priorité pour l’instant. C’est certain que la NFL, ça fait rêver.C’est important d’avoir un rêve.»

Dernière mission

Peu importe ce que réserve le futur au joueur de football, Makonso est très heureux du choix qu’il a fait de venir jouer pour les Chanticleers. Il avoue bien humblement qu’il lui reste encore quelque chose à accomplir avant de pouvoir quitter.

«Je travaille pour l’obtention de mon diplôme et ça devrait se concrétiser cette année. Le football m’a ouvert des portes et je me suis fait de nombreux contacts dans mes années ici. Je suis très heureux de l’expérience que j’ai vécue ici», termine l’étudiant en administration des affaires, bien conscient de l’importance d’avoir un plan B.