Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Un poste à perdre pour Ryan Poehling

Ryan Poehling jouera gros à son prochain match préparatoire samedi contre les Sénateurs

Publié | Mis à jour

Nick Suzuki et Christian Dvorak seront les deux premiers centres des Canadiens de Montréal. Il n’y a pas d’enjeu à ce niveau. Ça devient plus difficile à prédire pour les deux derniers sièges à cette position cruciale.  

Jake Evans a déjà les deux pieds dans le vestiaire du CH. Il restera à déterminer s’il a le profil pour dynamiser un troisième trio ou s’il restera le quatrième centre de l’équipe. Il y a donc deux candidats principaux pour la dernière place: Ryan Poehling et Cédric Paquette.  

Des deux candidats, il y en a un qui se retrouve à l’infirmerie. Blessé à l’aine, Paquette s’absentera pour une courte période de temps. L’ancien du Lightning de Tampa Bay a toutefois l’expérience et un contrat garanti de la LNH, deux luxes qui manquent à Poehling. 

Crédit photo : Photo Martin Chevalier

Un troisième centre? 

Dominique Ducharme a répété plus d’une fois depuis le début du camp qu’il désirait offrir toutes les chances possibles à Poehling. Sur les ondes du 91,9 avec le collègue Martin Lemay, il avait mentionné son nom immédiatement après ceux de Suzuki et de Dvorak. 

Mais depuis le début du camp, le choix de premier tour en 2017 n’a rien fait pour séduire la haute direction de l’équipe. À son unique match préparatoire contre les Maple Leafs à Toronto, l’Américain a connu un faux départ. Il n’était toutefois pas l’unique joueur du Tricolore à offrir une performance décevante à Toronto. Même Ducharme avait mentionné qu’aucun joueur ne s’était démarqué. 

À la veille d’une série aller-retour de deux rencontres contre les Sénateurs d’Ottawa, Poehling gardait son calme. Il ne donnait pas l’impression que son poste était à l’enjeu. 

Questionné à savoir s’il avait plus un poste à perdre qu’à gagner, Poehling a offert une réponse vague. 

«Je ne sais pas, a-t-il répliqué. Je suis clairement prêt pour ce défi. Je veux faire ce que je peux pour mériter un poste. Mais je resterai le même joueur. J’ai toujours cru en moi et je ferai de mon mieux. Je laisserai au Canadien le choix final et je vivrai avec la décision.»

Crédit photo : Photo Martin Chevalier

Pas dix chances 

Poehling a également une carte qui pourrait jouer en sa défaveur. Il n’a pas à passer l’étape du ballottage advenant un renvoi avec le Rocket de Laval. 

Âgé de 22 ans, le centre originaire du Minnesota a montré des signes encourageants l’an dernier avec le Rocket. En 28 matchs sous la gouverne de Joël Bouchard, il a amassé 25 points (11 buts, 14 passes). 

Sur papier, il s’est rapproché d’une place à Montréal avec les départs de Phillip Danault et de Jesperi Kotkaniemi. Le CH a toutefois rapidement trouvé un remplaçant à Danault avec l’acquisition de Dvorak. 

Poehling pourrait chausser les patins de Kotkaniemi, mais ce sera à lui de mériter sa place. Il jouera un deuxième match préparatoire samedi contre les Sénateurs au Centre Bell. 

«Dès que tu joues un match, tu as des choses à prouver, a rappelé Ducharme. On l’a dit souvent, mais tu n’as pas dix ou douze chances. C’est la même chose pour tout le monde. Ce sont des matchs qui ne reviennent pas toujours. Quand la porte ouvre, il faut que tu rentres.»

Pour l’instant, la porte est ouverte, mais elle ne l’est pas toute grande. Même s’il dit connaître un bon camp jusqu’à présent, Poehling aura besoin d’atteindre un autre niveau pour rester à Montréal.