JiC

«Personne n'était très heureux» de l'arrivée de Ribeiro à Dallas

Publié | Mis à jour

Le 30 septembre 2021 marque le 15e anniversaire de l’une des pires transactions de Bob Gainey : celle qui a envoyé Mike Ribeiro aux Stars de Dallas en retour de Janne Niinimaa. Or, à l’époque, les joueurs des Stars n’accueillaient pas la nouvelle avec grand enthousiasme... 

À vrai dire, même l’entraîneur-chef Dave Tippett était plus ou moins emballé par l’arrivée de Ribeiro dans le giron de l’équipe selon ce qu’a raconté l’ancien défenseur de la formation texane Philippe Boucher.

• À lire aussi: «Mettez-moi ça dehors, ça presse!»

• À lire aussi: Un message clair d'Alexander Romanov aux Canadiens

«Quand je suis arrivé à l’aréna, je ne te dis pas que tout le monde était découragé, mais il n’y avait personne de très, très heureux, incluant Dave Tippett, a révélé Boucher, jeudi, lors de son segment à l’émission JiC. Il ne comprenait pas pourquoi on avait fait cet échange-là.»

Certains joueurs que côtoyait Boucher lui avaient confié que Ribeiro faisait partie des raisons pour lesquelles ils n’ont pas signé un contrat avec le CH lorsqu’ils en ont eu l’occasion. 

Le Montréalais aux mains magiques a toutefois rapidement fait parler son talent pour dissiper les doutes à son sujet.

«Le jour 2, on a un match, et Mike Ribeiro joue avec nous. Il "clique" tout de suite avec Brenden Morrow et il est aimé de tout le monde : l’entraîneur, les adjoints, les joueurs... Il a été excellent pour les Stars de Dallas, il a transformé l’équipe. On avait déjà une bonne formation, mais il a joué du hockey extraordinaire là-bas, le meilleur de sa carrière.»

Initialement, Boucher ne connaissait pas beaucoup Ribeiro, mais il s’était fait rassurant auprès de Dave Tippett lorsque la transaction est survenue. 

«Oui, il a des boucles d’oreille, oui il a une calotte sur le côté et ça ne passe à Montréal, mais à Dallas, ça passe, avait-il fait valoir. Les joueurs de football sont comme ça et ça ne dérange personne.» 

Comme quoi, les apparences sont parfois trompeuses...

Voyez le segment de Phillippe Boucher dans la vidéo ci-dessus.