Canadiens de Montréal

«C’était ma décision de résilier ce contrat»

Publié | Mis à jour

Il n’y a pas si longtemps, on le décrivait comme un gros espoir des Jets de Winnipeg. À sa première saison en Amérique du Nord en 2017-2018, il a gagné le trophée Eddie-Shore, décerné au meilleur défenseur, en plus d’obtenir une place sur la première équipe d’étoiles de la Ligue américaine.

Aujourd’hui, il veut profiter d’un second souffle pour enfin faire sa place dans la LNH. Son nom? Sami Niku.   

Niku a fait son entrée dans l’organisation du Canadien pratiquement dans l’anonymat.

Dans les premiers jours du camp, il a paraphé un contrat d’un an à deux volets avec le CH. S’il joue à Montréal, il gagnera 750 000 $, mais s’il se retrouve avec le Rocket de Laval, il touchera un salaire de 425 000 $. Le Finlandais a toutefois l’assurance de terminer l’année avec 475 000 $ au minimum dans ses poches.

Quatre jours avant de s’entendre avec Marc Bergevin, le défenseur de 24 ans s’était retrouvé au ballottage. Il avait choisi de renoncer à la deuxième et dernière année de son contrat avec les Jets qui lui garantissait un salaire de la LNH à 750 000 $.

Niku a donc renoncé à un salaire un peu plus élevé afin de repartir à zéro avec une nouvelle équipe dans la LNH.

«C’était ma décision de résilier ce contrat, a répliqué le défenseur gaucher de 6 pi 1 po et 176 lb. Je ne me soucie pas de l’argent. J’avais vraiment besoin d’un nouveau départ. Je veux prouver que je peux jouer dans la LNH.»

Peu utilisé à Winnipeg   

À Winnipeg, Niku n’est jamais parvenu à décrocher un poste de défenseur régulier avec les Jets. Malgré une saison de 54 points (16 buts, 38 passes) à sa saison recrue avec le Moose du Manitoba, il n’a pas réussi à convaincre Paul Maurice de lui trouver une place parmi ses six premiers défenseurs lors des trois saisons suivantes.

L’an dernier, Niku a porté l’uniforme des Jets pour seulement six matchs. Sur le plan offensif, Niku n’a jamais pris son envol dans la LNH, obtenant cinq passes en 17 matchs en 2019-2020 et quatre points (1 but, 3 passes) en 30 rencontres en 2018-2019.

«Je me décris comme un défenseur offensif, je bouge bien la rondelle et je patine bien, a dit Niku. Mais j’ai aussi besoin de devenir plus fort physiquement dans mon propre territoire.»

Un talent   

Niku s’est ajouté à la liste des candidats pour un poste à la ligne bleue du CH. Au camp, il se battra avec un autre ancien gagnant du trophée Eddie-Shore, Chris Wideman.

Dominique Ducharme ne lui a fait aucune promesse. Après le premier entraînement complet du numéro 15 avec ses nouveaux coéquipiers, Ducharme a simplement dit qu’il le fera probablement jouer pour les deux prochains matchs préparatoires, vendredi et samedi contre les Sénateurs d’Ottawa.

«Pour l’aspect offensif de son jeu, c’est un beau talent, a noté Ducharme. Il y a toujours des choses que tu peux développer. Mais c’est plus difficile de développer un flair offensif et une vision du jeu. Il devra être capable de jouer un match au complet et d’y contribuer. On a fait son acquisition puisqu’on voulait une option de plus pour un défenseur mobile. Ce sera à lui de démontrer qu’il peut le faire et qu’il peut aussi bien jouer sans la rondelle.»

Historiquement, Niku n’a jamais été décrit comme un maître du jeu défensif. Il aura besoin de s’améliorer grandement à cinq contre cinq et avec le jeu dans son propre territoire afin d’augmenter ses chances de prolonger son séjour à Montréal.

Pour son premier entraînement, Niku a fait plusieurs répétitions avec un de ses anciens coéquipiers avec les Jets, Ben Chiarot.

«Sami a été mon partenaire pour quelques matchs avec les Jets (2018-2019), a rappelé Chiarot. À cette époque, il était un bel espoir, il y avait de grandes attentes pour lui. Je le trouvais calme et il aimait transporter la rondelle. Il n’a pas pris la route qu’il espérait depuis ce temps, il a aussi été ralenti par des blessures.»

Voyez le point de presse de Niku dans la vidéo ci-dessus.