Crédit : Photo Martin Chevalier

Football universitaire RSEQ

Olivier Roy : le quart-arrière qui ne devait pas en être un...

Publié | Mis à jour

Peu d’observateurs du football universitaire québécois auraient parié qu’Olivier Roy serait le quart-arrière ayant lancé le plus de passes de touché après quatre semaines d’activités cette saison.

Pourtant, le pivot des Stingers de Concordia compte huit majeurs en trois parties, ce qui lui en fait trois de plus que n’importe qui dans le circuit.

Nommé joueur par excellence en attaque lors de la dernière semaine dans le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ), le jeune homme ne devait même pas évoluer au poste de quart à ses débuts universitaires en 2019.

«Je ne me faisais pas trop d’idée quand je suis arrivé ici, a exprimé Roy, lorsque joint au téléphone en début de semaine. Au premier jour du camp d’entraînement, ma case était dans la section des receveurs.»

Questionné à ce sujet, l’entraîneur-chef Brad Collinson s’est rappelé son plan qu’il avait de transformer le produit des Gaulois du Cégep de La Pocatière en receveur de passes. Aujourd’hui, il se félicite d’avoir donné une chance au jeune homme comme quart-arrière.

«C’était notre plan avec lui, car il avait les habiletés pour faire un bon receveur. Il nous a toutefois impressionnés comme quart au camp d’entraînement et il était devenu le deuxième derrière Adam Vance», s’est-il souvenu.

Des débuts sur la grosse scène

Parlant de Vance, Roy s’estime chanceux d’avoir côtoyé le joueur par excellence en attaque du RSEQ en 2019.

«J’ai été choyé de l’avoir avec moi à ma première année. J’ai pu apprendre de lui», a dit l’athlète 22 ans.

«D’avoir la chance de regarder un gars de cinquième année, de voir comment il se préparait, ce qu’il faisait sur et à l’extérieur du terrain, ç’a aidé énormément son développement», a renchéri Collinson.

À sa première saison, Roy a également été appelé à prendre la place de Vance pour un affrontement des demi-finales contre le puissant Rouge et Or de l’Université Laval. Les Stingers ont toutefois baissé pavillon 40 à 8 ce jour-là.

«Ça te bâtit un caractère assez rapidement, a soulevé Roy. Un match éliminatoire au Stade Telus, il n’y a rien de plus gros que ça pour un petit gars originaire de Québec.»

«Ce n’était pas une situation idéale pour amorcer son football universitaire, mais on ne choisit pas quand on embarque sur le terrain. Je suis reconnaissant d’avoir vécu et appris de ça. Je pense que ç'a fait de moi un meilleur quart-arrière partant aujourd’hui.»

Un travaillant

Pour expliquer les récents succès de Roy, Collinson n’hésite pas à vanter l’éthique de travail de son joueur.

«Pendant la saison annulée de 2020, il a vraiment mis l’épaule à la roue avec Alex Surprenant [coordonnateur à l’attaque] et Cullen Tennant [entraîneur des quarts]. Il a mis beaucoup de temps pour bien comprendre ce que nous voulions faire. Sa préparation, c’est ce qui a mené à ses récents succès.»

«J’ai fait ce que les entraîneurs m’ont demandé et je me suis donné à 100%, a pour sa part expliqué Roy. Les bonnes choses arrivent dans ce temps-là. Je suis reconnaissant de la position que j’ai en ce moment. Ce n’est pas tout le monde qui a la chance de voir du terrain.»

Celui qui étudie en relations humaines n’a d’ailleurs aucunement l’intention de changer sa façon de faire.

«Tous les lundis, quand je regarde les vidéos du match précédent, je me dis toujours que j’ai mille choses à améliorer. Ma mentalité, c’est de faire le moins d’erreurs possible et de permettre aux athlètes de notre équipe de réaliser des jeux.»

Stingers : une surprise au classement

Depuis de nombreuses années, plutôt rares sont les semaines où une autre équipe que le Rouge et Or de l’Université Laval ou les Carabins de l’Université de Montréal a trôné au sommet du classement dans le football universitaire québécois.

C’est toutefois le cas présentement, alors que les Stingers de Concordia sont premiers après quatre semaines d’activités.

La troupe de l’entraîneur-chef Brad Collinson a chèrement vendu sa peau et a trouvé le moyen de vaincre les Bleus et les Redbirds de McGill lors des deux dernières fins de semaine. Elle détient donc un dossier de 2-1.

«C’est plaisant d’être premier, mais la saison est très jeune et nous n’avons rien accompli encore», a clamé le pilote des Stingers.

Même constat du côté du quart-arrière Olivier Roy: «nous avons du succès au classement parce que nous avons réalisé deux remontées spectaculaires, mais est-ce que ce sont des matchs où nous sommes satisfaits? Je ne dirais pas ça. Nous ne gagnerons pas beaucoup de matchs au niveau universitaire en jouant bien pendant un quart.»

Un long travail

Il est vrai que les Stingers n’ont dominé aucun adversaire, mais cette équipe de football semble différente des autres éditions du club. Selon Collinson, c’est dû au fait que son équipe est rendue à maturité.

«Quand nous sommes arrivés ici [il y a quatre ans], nous voulions instaurer une culture. Cette saison, nous voyons que les joueurs ont embarqué dans ce que nous leur avions vendu et ils commencent à performer sur le terrain.»

«Présentement, nous sommes pratiquement tous des joueurs que Brad a recrutés lui-même, a quant à lui dit Roy. Notre mentalité est semblable chez tous nos joueurs et je pense qu’il s’agit de l’objectif de tous les programmes de football au Québec. C’est important de tous pousser dans la même direction.»

Apprendre à gagner

Avec la victoire viennent d’autres défis, comme celui de ne pas trop s’exciter après un gain et de garder la tête froide.

«C’est un défi, surtout quand tu n’es pas habitué à gagner, a affirmé l’entraîneur. C’est important d’apprendre à gagner. Ça fait partie du processus. [...] L’éthique de travail, c’est primordial! C’est ce qu’il y a de plus important. Nous ne sommes jamais rendus et il y a toujours quelque chose à corriger. Nos athlètes comprennent très bien ça.»

- Les Stingers tenteront de se maintenir au sommet du classement en battant le Vert & Or de l’Université Sherbrooke, samedi après-midi. L’équipe de l’Estrie arrivera à Montréal en confiance, elle qui a vaincu le Rouge et Or pour la première fois de son histoire lors de sa dernière sortie.