Senators vs Rocket

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

CH : Jesse Ylönen a renoncé à la vaccination

Publié | Mis à jour

Ce n’est pas en raison d’une blessure, mais plutôt à cause d’une décision bien personnelle que Jesse Ylönen ne jouait pas avec les recrues du Canadien de Montréal, samedi, face à celles des Sénateurs d’Ottawa.

Puisqu’il ne s’est pas fait vacciner contre la COVID-19, le Finlandais a dû se soumettre à une quarantaine à son arrivée à Montréal, quarantaine qu’il a justement terminée. Mais celle-ci l’a empêché de patiner suffisamment pour être disposé à prendre part au match des siens. 

C’est ce qu’a appris l’expert hockey du réseau TVA Sports Renaud Lavoie, dimanche.

Ylönen, 21 ans, figure parmi les plus beaux espoirs du CH à l’attaque. Récemment, le directeur du développement des joueurs du Tricolore, Rob Ramage, a indiqué qu’il devrait être appelé à disputer des matchs avec le grand club cette saison.

Pas de match aux États-Unis? 

Or, son refus de se faire vacciner remet en cause sa disponibilité lors des rencontres aux États-Unis. Selon les protocoles établis par la Ligue nationale de hockey (LNH) et son Association des joueurs, un patineur non vacciné pourrait être suspendu sans salaire si les restrictions frontalières ne lui permettent pas de voyager.

Cette saison, le Bleu-Blanc-Rouge doit disputer environ le tiers de ses matchs chez nos voisins du Sud. Si Ylönen évolue dans la Ligue américaine de hockey (LAH), ce qui devrait logiquement être le cas, il pourrait devoir rater 22 des 72 parties du Rocket de Laval.

Pour l’instant, le circuit de développement n’a pas encore dévoilé ses protocoles concernant ses joueurs non vaccinés.

Ylönen a bien fait lors de sa première campagne avec le club-école du CH en 2020-2021, récoltant 17 points, dont neuf buts, en 29 matchs. Il avait été récompensé en prenant part au dernier match de la saison régulière du Canadien.

Un cas rare? 

Si l’on se fie aux propos qu’a tenus l’adjoint au commissaire de la LNH Bill Daly jeudi dernier, Ylönen et les joueurs dans sa situation seront pratiquement des exceptionnels.

Le bras droit de Gary Bettman avait dit au journaliste Frank Seravalli qu’il s’attendait à ce que 98% des joueurs de son circuit soient adéquatement vaccinés. Cela représente entre 10 et 15 hockeyeurs réguliers de la ligue. Concrètement, les athlètes qui refusent d’avoir leurs deux doses de vaccin contre la COVID-19 auront des restrictions sévères, comme de ne pas pouvoir être dans aucun lieu public, outre les arénas et les centres d’entraînement.

Contrairement aux joueurs, les entraîneurs et les membres du personnel des équipes de la LNH se doivent d’être vaccinés. La semaine dernière, l’ancien entraîneur-chef du Rocket Sylvain Lefebvre a perdu son emploi d’adjoint chez les Blue Jackets de Colombus, parce qu’il ne voulait pas recevoir le vaccin contre le virus. Ce fut également le cas de l’ancien défenseur Brett Clark, qui était l’un des adjoints chez les Eagles du Colorado, une formation de la LAH.