Crédit : Photo Martin Chevalier

Alouettes de Montréal

Alouettes : attention à la morsure du fauve

Publié | Mis à jour

S’ils veulent offrir une première victoire en 2021 aux partisans présents au Stade Percival-Molson, les Alouettes de Montréal devront trouver un moyen de freiner les Lions de la Colombie-Britannique, samedi soir.

Les visiteurs débarquent dans la métropole québécoise sur une série de deux victoires, lors desquelles l’offensive et la défensive ont fonctionné à plein régime.

Heureusement pour les «Moineaux», ils ont également fait le plein de confiance lors de leur dernière sortie. On a d’ailleurs eu l’impression de renouer avec le Vernon Adams fils des beaux jours lors de cet imposant gain de 51 à 29 sur le Rouge et Noir à Ottawa.

«Lors des trois premiers matchs [de la saison], j’étais inconstant. J’ai trouvé le moyen d'être plus constant dans notre dernier match et je veux poursuivre sur ma lancée, a indiqué le quart-arrière des Alouettes vendredi, lors d’une visioconférence. Je me dois d’être patient et de prendre ce qu’ils me donneront.»

Éviter les interceptions

En effet, Adams fils ne devra pas précipiter ses jeux, puisque la tertiaire des Lions lui fera payer. Jusqu’à maintenant cette saison, les joueurs défensifs du club de la Colombie-Britannique ont réalisé huit larcins, ce qui représente un sommet dans Ligue canadienne de football.

«Nous allons jouer à notre manière. Nous sommes l’équipe qui a le plus de passes de touché dans la ligue. Nous allons avoir du plaisir et je vais m’assurer de mettre le ballon dans les mains de nos fabricants de jeux», a d’emblée répondu Adams fils, lorsqu’il a été questionné sur l’efficacité de ses prochains rivaux.

«Je sais que leurs demis de coin sont très bons, j’ai déjà joué contre la majorité d’entre eux, a-t-il toutefois poursuivi. [...] Je devrai être intelligent avec le ballon, faire avancer les chaînes et inscrire des majeurs.»

Pour sa part, l’adjoint de l’instructeur-chef des «Als», André Bolduc, croit qu’il faudra un effort intellectuel et collectif pour éviter les revirements offensifs

«Souvent, ils changent leur type de couverture et essayent de la cacher», a analysé celui qui prendra l’intérim de Khari Jones, incommodé par la COVID-19, pour le match contre les Lions.

«Je dirais qu’ils jouent plus souvent de la défensive de zone. Nous avons travaillé très fort sur reconnaître les clés de leur unité pour pouvoir en profiter. Tous nos joueurs, pas seulement Vernon, auront un travail à faire de détection pour que nous puissions prendre l’avantage.»

Le défi Reilly

De l’autre côté du ballon, la défensive des Alouettes ne devra pas trop en donner au quart-arrière Michael Reilly. Le vétéran de 36 ans est encore dominant cette saison, lui qui a complété 74% de ses relais tentés pour des gains de 1293 verges en cinq parties. Il a aussi trouvé six de ses coéquipiers dans la zone payante et il n’a été victime que d’une seule interception.

«Pour moi, il s’agit de mon plus gros défi [jusqu’à maintenant] et je le savais avant que la saison ne s’amorce, a raconté le demi défensif Greg Reid. Je trouve qu’il est très bon pour sortir de la pochette et faire des jeux.»

Même son de cloche du côté de Bolduc, qui a aussi vanté le groupe de receveurs des Lions.

«C’est un guerrier qui n’a pas peur de garder le ballon jusqu’à ce que l’un de ses receveurs soit ouvert. Ils ont aussi des receveurs qui produisent énormément. Moi j’aime beaucoup [Bryan] Burnham, un gars qu’on a contacté à chaque fois qu’il était joueur autonome», a-t-il révélé, avant d’aussi vanter les mérites de Lucky Whitehead.

- L'entraîneur André Bolduc a confirmé que lui et l’assistant-entraîneur en attaque Michael Lionello appelleront les jeux offensifs ensemble lors de l’affrontement contre les Lions. Il s’agit d’une tâche qu’accomplit habituellement Khari Jones.