Crédit : AFP

LNH

Cinq gardiens à considérer pour un pool de hockey

Publié | Mis à jour

Il est logique de miser rapidement sur Andrei Vasilevskiy, du Lightning de Tampa Bay, ou encore sur Connor Hellebuyck, des Jets de Winnipeg, au moment de choisir un gardien dans un pool de hockey.

Or, ces choix sont très convoités et il faut parfois faire preuve d’audace pour surprendre ses adversaires. Voici cinq gardiens qui pourraient s'avérer des cartes cachées et améliorer considérablement leurs statistiques durant la saison 2021-2022.

Darcy Kuemper

Maintenant avec un club dominant, soit l’Avalanche du Colorado, le gardien Darcy Kuemper pourrait éclore lors de la prochaine campagne. En rassemblant ses statistiques des trois dernières saisons avec les Coyotes de l’Arizona, Kuemper a maintenu un dossier gagnant de 53-42-13, une moyenne de buts alloués de 2,35 et un taux d’efficacité de ,922. Somme toute, il sera intéressant de constater son utilisation, de même que celle du substitut Pavel Francouz.

Juuse Saros

Le vétéran Pekka Rinne étant à la retraite, son compatriote finlandais Juuse Saros est assurément en bonne position pour être le principal gardien des Predators de Nashville pour les années à venir. Avec en poche un contrat de 20 millions $ pour les quatre prochaines saisons, il pointe devant David Rittich dans l’organigramme des Predators. Malgré une campagne écourtée, Saros a récolté un sommet de 21 victoires en 2020-2021 et ce n’est que le début dans son cas.

Robin Lehner

Puisque Marc-André Fleury se retrouve désormais avec les Blackhawks de Chicago, il va sans dire que Robin Lehner a la confiance des Golden Knights de Vegas. En seulement 19 matchs la saison dernière, Lehner a très bien fait, présentant une fiche de 13-4-2, une moyenne de 2,29 et un taux de ,913. Son nouvel adjoint à Las Vegas: Laurent Brossoit.

Linus Ullmark

Un choix très risqué! Non seulement Linus Ullmark est fréquemment blessé, mais son destin semble lié à celui de Tuukka Rask, actuellement joueur autonome sans compensation. Par contre, il faut rappeler que les Bruins ont octroyé une entente de quatre ans et 20 millions $ à l’ancien des Sabres de Buffalo. Dans le cas de Rask, sur la touche jusqu’en janvier, il a montré de l’intérêt pour revenir éventuellement à Boston pour un salaire moindre.

Spencer Knight

Attention! Ce jeune gardien des Panthers de la Floride est à considérer si et seulement si vous faites partie d’un pool permettant de bâtir pour l’avenir, communément appelé «keeper». La raison est simple: peu importe le talent de Knight, les Panthers misent actuellement sur le vétéran Sergei Bobrovsky. Ce dernier a d’ailleurs un contrat valide jusqu’à la fin de la saison 2025-2026. Spencer Knight vaut la peine de s’y attarder, uniquement si le format de votre pool permet cette folie.