Crédit : AFP

LNH

Pour les Oilers, il est l’heure de gagner

Publié | Mis à jour

Conscient qu’il mise sur des joueurs exceptionnels en Connor McDavid et Leon Draisaitl, le directeur général des Oilers d’Edmonton, Ken Holland, croit que son équipe doit être capable de récolter les succès, et pas uniquement en saison régulière.

Les partisans du club souhaitent en 2021-2022 qu’il saura rebondir après des séries éliminatoires pour le moins expéditives. Même si elle avait pris le deuxième rang de la section Nord, la formation albertaine a subi le balayage aux mains des Jets de Winnipeg au premier tour. Maintenant, il importe de profiter des meilleures années de McDavid, 24 ans, qui a participé à 21 rencontres d’après-saison en carrière. 

«C’est le temps maintenant. Dans mon esprit, il est l’heure d’essayer et de faire un pas. Nous avons terminé 11-12e dans la ligue, mais nos attentes sont beaucoup plus élevées que cela», a commenté Holland au réseau Sportsnet récemment.

Ainsi, pour éviter une autre déconfiture comme celle du printemps passé et celle de 2020 (une élimination en ronde de qualification contre les Blackhawks de Chicago), le DG a acquis des joueurs étant en mesure d’exceller au plus haut niveau, à ses yeux.

«Je voulais embaucher des gens qui ont gagné auparavant. [Zach] Hyman a 29 ans, [Warren] Foegele, 25. Ils sont au sommet de leur carrière. Duncan Keith assumera un rôle réduit, mais il arrive avec son curriculum vitae. Il a joué dans plusieurs situations sur la scène internationale et au sein de la Ligue nationale. Il a été obtenu pour ce qu’il peut faire sur la glace et à l’extérieur.»

Aussi, Holland souhaitait donner plus de profondeur à son groupe et éviter de placer toute la pression de produire sur les épaules de McDavid et de Draisaitl. Si Edmonton veut accumuler les victoires, il faudra que le reste du club fasse sa part.

«L’espoir, c’est qu’il y ait quelques gars étant ici depuis un bout de temps qui regardent dans le vestiaire et croient que nous formons une équipe avec plus de profondeur. C’est le plan», a admis le dirigeant.

À la recherche d'un autre gardien

Toutefois, même s’il n’explicitera pas publiquement ses démarches, il tente toujours d’améliorer son groupe de gardiens, d’après Sportsnet. Le duo Mike Smith-Mikko Koskinen a accompli du travail respectable la saison dernière, sauf que Holland serait encore au téléphone avec certaines organisations. Il aimerait trouver un athlète plus jeune pour épauler Smith. Le salaire de Koskinen, qui touchera 4,5 millions $ en 2021-2022, constitue un obstacle à une transaction l’impliquant.

«Depuis que je suis arrivé ici, le sujet des gardiens a été positif. C’est l’une des raisons pour lesquelles on s’est qualifié en séries. Le gros point d’interrogation, c’est qu’un des gars a 39 ans [Smith] et l’autre en a 33, a-t-il affirmé. Je pense que Kosky sait qu’un des aspects à améliorer est sa constance. Évidemment, la question concernant Mike Smith, c’est qu’il a 39 ans. Peut-il répéter ses performances?»

S’il parvient à trouver une solution, Holland aidera la formation à s’approcher de la coupe Stanley, même si rien n’est garanti.

«La coupe Stanley n’est pas quelque chose qui survient. Vous évoluez, vous progressez. Vous avez de multiples chances d’y arriver et vous vivez des déceptions, a philosophé l’ancien DG des Red Wings. En 1993, 1994 et 1995, on a été incapable de réussir à Detroit. Puis, rendu en 1998, nous avions en poche deux titres d’affilée.»