Crédit : AFP

LNH

Des décisions déchirantes attendent Mike Sullivan

Publié | Mis à jour

Estimant avoir reçu «l’honneur d’une vie» en étant nommé entraîneur-chef de l’équipe américaine qui participera aux Jeux olympiques de Pékin cet hiver, Mike Sullivan s’attend à ce que le directeur général Stan Bowman ait des décisions déchirantes à prendre.

Si certains joueurs ont sans aucun doute déjà leur place dans la formation, comme Auston Matthews, Patrick Kane, Adam Fox et Connor Hellebuyck, ce sont 289 joueurs américains qui ont évolué au sein de la Ligue nationale de hockey (LNH) EN 2021. La profondeur est donc bien présente. 

«Ce que je vais vous dire, c'est qu'il va y avoir des décisions vraiment difficiles, et je pense que de notre point de vue, c'est une bonne chose, a-t-il dit lors de son passage au balado " The Athletic Hockey Show", mardi. Il y a beaucoup de joueurs parmi lesquels choisir. Il y a beaucoup de très bons joueurs américains qui ont accumulé l’expérience dans la LNH et qui méritent d'être dans la conversation.»

«Nous avons tellement de respect pour chacun d'eux. Évidemment, tous ne feront pas partie de l'équipe, mais nous sommes enthousiasmés par le groupe que nous avons et nous attendons avec impatience d’en discuter.»

Excité par les joueurs disponibles, l’instructeur met toutefois un bémol lorsqu’on lui demande s’il s’agit du meilleur bassin de talent américain de tous les temps. Il a ainsi parlé des Chris Chelios, Keith Tkachuk, Doug Weight, Mike Modano, Bill Guerin, Brett Hull et Brian Leetch de ce monde qui ont fait la pluie et le beau temps à une époque pas si lointaine.

«Ces gars-là ont porté le flambeau pendant longtemps, a nuancé l’entraîneur-chef des Penguins de Pittsburgh dans la Ligue nationale de hockey. Pour moi, ils ont établi les normes. Ils ont représenté notre nation dans tellement de tournois différents et étaient tellement ultra-compétitifs.

«Je pense que [le groupe actuel] a le potentiel pour être à la hauteur. Il y a beaucoup de jeunes joueurs passionnants et je suis enthousiasmé par les conversations que nous allons avoir et par ce à quoi ressemblera cette équipe.»

Une équipe complémentaire 

Pour l’accompagner dans sa tâche titanesque de créer une chimie au sein d’une équipe pour un court tournoi de deux semaines, Sullivan s’est entouré d’hommes expérimentés. Ainsi, David Quinn, John Hynes et Todd Reirden, qui sont ou ont été entraîneurs-chefs dans la Ligue nationale de hockey (LNH), seront ses adjoints.

«Nous avons mis en place une équipe d'entraîneurs avec laquelle nous nous sentons tous très à l'aise, a-t-il expliqué. Ce sont tous des gars vraiment intelligents. Ce sont de bonnes têtes de hockey. Ce sont des gars passionnés. Ce sont des gars qui apportent certaines forces différentes à la table.»

À ceux-ci s’ajoute Ryan Miller, qui ne possède pour sa part aucune expérience puisqu’il a accroché ses patins cet été. C’est d’ailleurs cet élément qui intéresse particulièrement Sullivan, qui avait lui-même fait le saut comme instructeurs quelques mois après avoir mis un terme à sa carrière de hockeyeur.

«Je pense qu'il peut apporter une certaine perspective à toute notre équipe, et pas seulement à nos gardiens de but, puisqu’il l’a lui-même vécu en tant que joueur. Il vient de se retirer. Il va apporter un autre point de vue dans les réunions.»

«Je ne peux parler que de ma façon de penser: j'essaie de me mettre à la place des joueurs tout le temps. "À quoi pensent-ils? Comment vont-ils réagir? Comment devrions-nous aborder certains défis?" Bien que nous ayons tous joué, il semble que ça fait un million d'années. Ryan y était [cette année].»

Les Jeux de Pékin se dérouleront du 4 au 20 février.