Crédit : Photo d'archives, AFP

LNH

Outre l’Avalanche et les Coyotes, une folle course à prévoir!

Outre l’Avalanche et les Coyotes, une folle course à prévoir!

Michel Godbout

Publié 13 septembre
Mis à jour 13 septembre

Amateurs de hockey, êtes-vous prêts pour une véritable saison de 82 matchs en plus des séries? Si tout va bien, c’est ce que nous aurons en 2021-2022.

En plus, avec l’arrivée du Kraken de Seattle comme 32e équipe, une nouvelle curiosité s’installe et les quatre sections sont désormais équilibrées.    

Parlant des 32 formations, qui a fait quoi durant la saison morte? Laquelle est meilleure et laquelle est pire? Quels joueurs endosseront de nouveaux uniformes?

Les réponses à ces questions et ma propre analyse suivent ci-bas.

Évidemment, n’étant pas clairvoyant et ne possédant pas de boule de cristal, mes prévisions ne peuvent tenir compte des blessures ou autre événement (lire COVID) qui pourraient altérer les performances d’une équipe. Mais j’ai fait mes recherches et je tire mes conclusions.

Cette semaine, regardons avec la section Centrale. 

Blackhawks de Chicago 

Arrivées: Seth Jones, Caleb Jones, Tyler Johnson, Marc-André Fleury, Jake McCabe, Jujhar Khaira

Départs: Duncan Keith, Adam Boqvist, Pius Suter, Vinnie Hinostroza, David Kampf, Nikita Zadorov

Séries: 5/10

L’équipe qui m’a le plus impressionné au cours de la saison morte. Et honnêtement, il était grand temps!! Les Blackhawks vivaient une longue descente aux enfers digne du supplice de la goutte. Ils n’étaient jamais les pires, mais on sentait que le bateau prenait l’eau et qu’il en faudrait peu pour que ça coule dans les abysses. On pouvait toujours compter sur les Patrick Kane, Alex DeBrincat et Dominik Kubalik pour colmater quelques brèches, mais l’eau finissait par entrer quand même. 

Stan Bowman le savait et cet été, il a finalement décidé d’agir. Marc-André Fleury est l’un des joyaux qu’il a acquis et qui va permettre à Chicago de mieux compétitionner. Son expérience et son énergie contagieuse ne peuvent faire autrement qu’aider la cause des Hawks. Par le fait même, il aidera le jeune gardien Kevin Lankinen à mieux s’adapter à la LNH, lui qui a démontré de très belles choses l’an dernier. 

Seth Jones est la véritable pierre d’assise par contre, car en raison de son talent et de son âge, les Hawks pourront compter sur un excellent joueur pour plusieurs saisons. À ses côtés, on devrait voir Jake McCabe, un défenseur hautement courtisé même si ses chiffres ne sont pas tellement reluisants. Cela dit, lorsqu’on joue l’entièreté de sa carrière de huit saisons à Buffalo, ça peut faire des ravages sur la fiche personnelle d’un joueur! Chicago a également ajouté de la profondeur en défense avec l’ajout du frère de l’autre, Caleb Jones, sans oublier Tyler Johnson. Malgré la perte de beaux jeunes talents comme Boqvist et Suter, le retour en santé de Kirby Dach pourrait vite faire oublier leur absence. 

Parlant de santé, dans quel état retrouvera-t-on Jonathan Toews? Une année d’absence pour un joueur de 33 ans avec près de 1100 matchs au compteur ça pourrait être bénéfique comme ça pourrait s’avérer catastrophique. Mais connaissant l’éthique de travail de «Captain Serious», les chances sont bonnes que les Blackhawks retrouvent leur bon vieux leader.

Avalanche du Colorado 

Arrivées: Darcy Kuemper, Ryan Murray, Kurtis MacDermid, Darren Helm

Départs: Joonas Donskoi, Brendon Saad, Philipp Grubauer, Ryan Graves, Pierre-Edourad Bellemare, Patrick Nemeth, Conor Timmins

Séries: 8/10

Comment ne pas voir l’Avalanche comme un véritable prétendant à la coupe Stanley? Si on ne se fie pas à l’an dernier et qu’on regarde la formation de cette année, vous seriez en droit d’avoir vos doutes. Le Colorado a subi quelques pertes importantes en Donskoi, Saad et Bellemare qu’ils n’ont pu remplacer en raison de tout l’argent dépensé pour signer Kurmper, Makar et Landeskog. L’Avalanche espère que la solution se trouvera à l’interne, mais il faudra voir. 

Vous remarquerez que je n’ai pas inclus Philipp Grubauer dans la liste, car je crois que Darcy Kuemper s’avère non seulement son digne remplaçant, mais qu'il est même supérieur au gardien allemand. Le seul bémol sur Kuemper, ce sont les blessures. Depuis 2012-13, il n’a dépassé le cap des 30 matchs que deux fois, des chiffres qui ne sont nullement dignes d’un gardien numéro un. Mais lorsqu’il est en santé, il peut gagner des matchs à lui seul. Parlant de santé, Ryan Murray en est un autre qui n’arrive à peu près jamais à disputer une saison complète. C’est l’une des raisons pourquoi il est passé de Columbus au New Jersey. Mais l’histoire se répète, en santé il pourrait apporter beaucoup à l’Avalanche. S’il ne passe pas trop de temps à l’infirmerie, il pourrait faire oublier la perte de Ryan Graves, mais la preuve reste à faire. 

Tout ça pour dire que tout ne sera pas aussi facile qu’on le pensait pour l’Avalanche, mais avec le talent à bord mené par MacKinnon, Landeskog, Rantanen et Makar, les choses devraient tourner assez rondement.

Blues de St. Louis 

Arrivées: Brandon Saad, Pavel Buchnevich

Départs: Jaden Schwartz, Samuel Blais, Mike Hoffman, Vince Dunn

Séries: 7/10

Puisqu’on vient de parler du Colorado, la suite logique serait de souligner l’ajout de Brandon Saad à la formation des Blues. Un marqueur de 20 buts par saison en moyenne qui joue sur 200 pieds est un ajout de taille pour les Blues. Tout comme Pavel Buchnevich qui est capable de marquer, mais qui est plus efficace comme fabricant de jeu. Ça viendra certainement compenser la perte de Mike Hoffman et peut-être même celle de Vladimir Tarasenko, blessé plus souvent qu’à son tour. Son sort demeure en suspens alors que les Blues tentent toujours de l’échanger. La valeur de retour (qui devrait être haute) devrait aider St. Louis à se renforcer davantage. 

Je l’espère, car la perte de Jaden Schwartz pourrait faire mal aux Blues. Joueur complet qui apportait une bonne dose d’attaque et qui compte neuf saisons d’expérience bien sonnées, ça ne se remplace pas si facilement. Une autre perte qui n’a pas été comblée est celle de Vince Dunn. Un défenseur offensif qui a éprouvé quelques difficultés l’an dernier, mais qui pourrait facilement rebondir à Seattle... les Blues s’en mordraient les doigts. 

Je termine avec le défendeur de la cage, Jordan Binnington. L’an dernier à été la pire saison de sa jeune carrière, mais il n’a pas été le seul gardien à éprouver des difficultés dans cette saison COVID écourtée. Qu’à cela ne tienne, pour que les Blues connaissent du succès, Binnington doit être au sommet de sa forme, sans quoi l’équipe devra se rabattre sur Ville Husso, qui n’a que 17 matchs d’expérience dans la LNH.

Stars de Dallas 

Arrivées: Braden Holtby, Ryan Suter, Jani Hakanpaa, Michael Raffl, Luke Glendenning

Départs: Jamie Oleksiak, Jason Dickinson, Mark Pysyk, Andrew Cogliano, Justin Dowling

Séries: 6/10

Ahhhhhh l’énigmatique formation que représente les Stars. D’une présence en finale de la coupe Stanley, il y a 2 ans, à exclus des séries l’an dernier. En défense, les blessures sont la raison principale de leur absence en 2020-21 et avec le retour en santé de Tyler Seguin, Roope Hintz et Alexandre Radulov ça ne peut qu’aider. 

Je serais tenté de dire la même chose pour Ben Bishop, mais le fait que les Stars ont signé Braden Holtby me fait croire que le retour de Bishop n’est pas certain. D'ailleurs, l’arrivée d’un autre gardien vient créer un embouteillage digne de l’autoroute 40 à ce poste en pleine heure de pointe! Anton Khudobin, Jake Oettinger, Holtby et possiblement Bishop... faudra faire des choix. 

J’aime bien l’acquisition du défenseur Ryan Suter, qui a certainement du millage au compteur, mais qui pourrait être en mesure d’apporter une belle dimension offensive. Le départ du robuste géant Jamie Oleksiak sera assuré par un autre géant: Jani Hakanpaa. Je me questionne par contre sur la perte de profondeur avec le départ de Jason Dickinson et du fougueux Andrew Cogliano. N’empêche, sur papier, Dallas n’a rien à envier à personne avec du talent pur comme Hintz, Gurianov, Heiskanen et Klingberg. 

Le défi est de transporter ce talent de la feuille à la patinoire. Et à ce chapitre, Dallas est capable du meilleur comme du pire.

Jets de Winnipeg 

Arrivées: Brenden Dillon, Riley Nash, Nate Schmidt

Départs: Tucker Poolman, Nate Thompson, Derek Forbort, Laurent Brossoit, Mason Appleton, Mathieu Perreault, Trevor Lewis

Séries: 7/10

Après s’être fait dominés par les Canadiens en séries l’an dernier, il serait tout à fait normal de douter des Jets, mais soyons prudents. L’été n’a rien changé au noyau central de l’attaque, les Connor, Scheifele, Wheeler, Ehlers et Dubois y sont toujours. Et si ce dernier retrouve sa touche à l’attaque, les Jets seront encore plus menaçants. 

La deuxième tranche d’attaque (3e et 4e trios) a perdu de bons éléments en Appleton et Perreault, mais on devrait survivre. Là n’était pas le problème, il était à la ligne bleue. Depuis la perte de Dustin Byfuglien, Jacob Trouba et Tyler Myers, les Jets ont eu toute la misère du monde à reconstruire leur unité défensive. Cet été ils ont perdu Poolman et Forbort, mais ils avaient toujours Josh Morrissey et Neal Pionk. Winnipeg le savait, il en fallait plus, bien plus! D’où la transaction pour Brenden Dillon, qui est digne d’un top 4 et qui préconise un jeu extrêmement physique. 

Kevin Cheveldayoff ne pouvait s’arrêter là, il a donc misé sur le défenseur offensif Nate Schmidt. L’acquisition de Schmidt semble bonne à première vue, mais je veux attendre avant de l’endosser complètement. C’est que l’expérience Schmidt à Vancouver a été tout sauf concluante (15 pts en 54 matchs). Pourtant lorsque Vegas l’avait obtenu de Washington, Schmidt était enterré dans la formation-étoile des Caps, mais n’attendait que sa chance pour éclore, ce qu’il a fait avec les Golden Knights (97 pts en 196 matchs). Sauf que son étoile a pâli quelque peu et il n’a su la redorer avec les Canucks. Pourra-t-il le faire avec les Jets, une équipe à qui il a refusé d’être échangé à plusieurs reprises? À suivre...

Je dirais que le travail des Jets en territoire défensif devrait quand même être égal ou mieux que l’an dernier et ça devrait aider Connor Hellebuyck. Le gardien a maintes fois tenu le fort et les Jets doivent l’appuyer davantage. Sauf qu’en échangeant Laurent Brossoit, Hellebuyck n’aura pas grand appui derrière lui lorsqu’il aura besoin de repos. Les trois autres gardiens de l’organisation ont un total d’un seul match d’expérience dans la LNH!

Predators de Nashville 

Arrivées: David Rittich, Matt Luff, Cody Glass, Philippe Myers

Départs: Ryan Ellis, Pekka Rinne, Calle Jarnkrok, Erik Haula, Viktor Arvidsson

Séries: 4/10

Sentez-vous l’odeur du bois fraichement coupé? Du mortier en train de brasser? De la peinture en train de sécher? Ça, c’est l’odeur de la reconstruction! Et aussi surprenant que cela puisse paraître, l’heure de ces grands travaux a n’a pas encore sonné à Nashville!

Leur présence in extremis en séries l’an dernier leur donne, je crois, une fausse idée d’où ils en sont. Cela a faussé la donne et je crois que cette équipe a besoin de bien plus qu’un «reset»! On avait pourtant une belle pièce pour lancer les travaux de reconstruction en la personne de Ryan Ellis. En obtenant Philippe Myers et Nolan Patrick (qui est devenu Cody Glass) je ne pense pas qu’on ait gagné la transaction autant qu’on aurait du. J’aime beaucoup Myers, mais il n’est pas Ellis. Et en choisissant de refiler immédiatement Patrick à Vegas pour Glass, on obtient un joueur dont les résultats sont à des années-lumières des attentes à son endroit. Pwit-pwit-pwiiiiiit! 

Comme véritable marqueur, il reste Mikael Granlund (13 buts en 51 matchs) et Filip Forsberg (12 buts en 39 matchs). Le jeune Eeli Tolvanen, malgré ses 22 ans, pourrait connaître une belle progression, mais serait-ce suffisant pour maintenir la tête des Preds hors de l’eau? Je ne pense pas. 

Juuse Saros saura garder les siens dans plusieurs matchs, mais il ne pourra tout faire seul. David Rittich obtient une nouvelle chance de se prouver (il en est à sa troisième équipe en deux ans), disons qu’il a toute une pente à remonter. Ajoutons en terminant la perte de Jarnkrok au repêchage d’expansion et l’échange de Viktor Arvidsson pour deux choix au repêchage des Kings et vous comprenez pourquoi l’hiver risque d’être long à Smashville.

Wild du Minnesota 

Arrivées: Frédérick Gaudreau, Alex Goligoski, Jon Merrill, Dmitry Kulikov, Jordie Benn

Départs: Ryan Suter, Ian Cole, Brad Hunt, Nick Bonino, Carson Soucy, Zach Parisé

Séries: 5/10

C’est définitivement une nouvelle ère au Minnesota avec les départs de Ryan Suter et Zach Parisé. L’organisation a choisi de passer à autre chose et bâtir leur équipe autour du spectaculaire Kirill Kaprizov. Le seul problème, c’est que le jeune attaquant russe n’a pas encore signé de contrat avec le Wild! Les deux clans seraient près d’une entente, semble-t-il, d’une durée de cinq ans à 9 millions par saison. Si tel est le cas, le Wild verrait son étoile russe obtenir l’autonomie complète dans seulement trois ans puisqu’ils auront racheté les 2 premières saisons de son contrat. C’est donc dire qu’il pourrait être libre dans trois ans après avoir empoché 27 millions de dollars! Ça fait un gros trou sur la masse pour peu de temps disons. 

Pourtant, au moment d’écrire ces lignes, le Wild a encore plus de 12 millions a dépenser sous le plafond salarial, ce qui devrait leur permettre de s'entendre avec leur joueur-étoile. Mais rien ne bouge, du moins, pas pour l’instant. Mis à part ce gênant dilemme, la perte de Suter et Soucy fait plus mal qu’on pense puisque leurs remplaçants ne sont pas tout à fait leur équivalent. Goligoski pourra contribuer défensivement et à l’attaque aussi. 

Le trio de Kulikov, Benn et Merrill pourront défendre par comité, mais ça ne comblera pas les pertes. Devant le filet le Minnesota s’en tire bien avec Kaapo Kahkonen et Cam Talbot. 

Peu importe de quel angle on regarde la prochaine saison du Wild, ça passe toujours par le prisme Kaprizov. Il a remporté le trophée Calder à sa première saison en raison de son jeu spectaculaire et au final, il rendait les joueurs autour de lui meilleurs, le Wild dans son ensemble aussi. Mais même avec Kaprizov dans la formation, je crois que la bataille pour accéder aux séries en sera une de tous les instants pour le Minnesota.

Coyotes de l'Arizona 

Arrivées: Shayne Gostisbehere, Ryan Dzingel, Jay Beagle, Anton Stralman, Loui Ericksson, Antoine Roussel, Conor Timmins

Départs: Conor Garland, Darcy Kuemper, Adin Hill, Antti Raanta, Micheal Bunting, Alex Goligoski, Dryden Hunt, Niklas Hjalmarsson, Oliver Ekman-Larsson, Jordan Oesterle, John Hayden, Christian Dvorak

Séries: 2/10

Ils ont laissé filer leurs trois gardiens, leur attaquant le plus talentueux en Conor Garland et des défenseurs d’expérience en Hjalmarsson et Ekman-Larsson. Dois-je en dire davantage? Ah oui, je dois souligner l’arrivée d’André Tourigny au poste d’entraîneur-chef, un gars qui va sans aucun doute insuffler une bonne dose d’optimisme et de responsabilité à ses joueurs. 

Mais à mon avis, ça ne suffira pas, loin de là. Je crois que les Coyotes se préparent déjà au repêchage de 2022, gageons qu’ils seront les premiers à parler au Centre Bell. Reste à savoir dans quel amphithéâtre/ville ils évolueront dans un an ... le cirque arizonien se poursuit de plus belle! Je coupe ça court ici, car je trouve que cette organisation se cherche encore et toujours. Ça manque d’aplomb, ça manque de sérieux. Voilà c’est dit!