GEN - INAUGURATION AUDITORIUM DE VERDUN

Crédit : MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL

LNH

Émotif, Scotty Bowman est honoré à Verdun

Publié | Mis à jour

Le légendaire Scotty Bowman a beau avoir reçu tous les honneurs inimaginables durant sa carrière d’entraîneur-chef dans la Ligue nationale de hockey, c’est un homme touché droit au coeur qui s’est présenté vendredi après-midi à Verdun, où une partie de l’Auditorium portera désormais son nom.

Encore droit comme un chêne à 87 ans, M. Bowman s’est montré ému en rappelant ses racines verdunoises. Il a notamment raconté que son père Jake, que l’on surnommait Jack, a contribué à la construction de l’amphithéâtre, en 1939 et 1940.

• À lire aussi: Kotkaniemi: «une erreur de gestion»

• À lire aussi: Vidéotron et TVA Sports deviennent partenaires majeurs des Lions de Trois-Rivières

«C’est une grosse raison pourquoi cet honneur est si important pour moi et ma famille», a indiqué Bowman, neuf fois vainqueur de la Coupe Stanley, incluant cinq conquêtes à la barre du Canadien de Montréal, et membre du Temple de la renommée du hockey depuis 1991.

«Mon père s’était retrouvé sans emploi et c’était triste parce qu’il avait alors trois jeunes enfants», a-t-il relaté, à propos de la période ayant précédé la construction de l’Auditorium de Verdun.

Durant son généreux discours, il a ressassé son enfance passé dans le quartier où, a-t-il fait remarquer, le français et l’anglais ne font qu’un, énumérant au passage les noms des différentes rues du voisinage pour en témoigner. S’exprimant toujours dans un français impeccable malgré qu’il habite désormais aux États-Unis, M. Bowman a aussi raconté l’époque où, alors qu’il n’y avait pas de voitures, les policiers laissaient jouer les enfants dans la rue.

«À son âge, il se rappelle de tout, a souligné l’ancien joueur du Canadien Yvan Cournoyer, qui était sur place pour applaudir son ex-entraîneur. Ça fait plusieurs années que je le connais, d’abord comme entraîneur, puis après, et il n’a quasiment pas changé.»

Denis Savard également honoré

En plus de l’Espace et de la Patinoire Scotty Bowman, l’Auditorium de Verdun a offert un hommage semblable à l’ancien hockeyeur Denis Savard, qui a aussi grandi dans cet arrondissement. Une fois de plus, des noms anglophones et francophones se côtoieront.

Ayant autrefois été honoré par un aréna annexé portant son nom à partir d’octobre 2000, Savard s’est dit privilégié de pouvoir désormais partager l’appellation de l’édifice emblématique avec le grand Scotty Bowman.

«C’est un énorme honneur pour moi d’avoir mon nom à côté de celui d’une légende comme lui, a affirmé Savard. C’est le meilleur instructeur à vie dans le hockey.»

L’ancienne vedette des Blackhawks de Chicago, qui a remporté la Coupe Stanley avec le Canadien en 1993, s’est d’ailleurs dit fort impressionné par les travaux qui, après un investissement de plus de 44 millions $, ont complètement revampé l’endroit.

«C’est ici que ç’a commencé, c’est chez nous, a par ailleurs noté Savard, avec le trémolo dans la voix. Mon rêve a commencé ici.»

Christian Dvorak: «un bon joueur»

Comme Scotty Bowman, Denis Savard s’est montré fier de ses racines. Évidemment, en marge de l’inauguration, les deux hommes de hockey ont bien voulu commenter certains dossiers de la Ligue nationale. D’ailleurs, que les partisans du Canadien soient rassurés: «Christian Dvorak est un bon joueur», a glissé Bowman, au passage.

«Ce n’est peut-être pas un joueur de premier trio, mais il a un talent offensif, est bon défensivement et dans les mises en jeu», a vanté l’ancien entraîneur.

Concernant Jesperi Kotkaniemi, il est difficile de prédire, toujours selon M. Bowman, s’il aura du succès avec les Hurricanes de la Caroline, le Finlandais n’ayant que 21 ans.