Crédit : AFP

LNH

David Poile croit au futur des Predators

Publié | Mis à jour

Les Predators de Nashville sont sur la pente descendante depuis quelques années et le directeur général de l’équipe, David Poile, en est parfaitement conscient.

Le dirigeant de l’équipe du Tennessee a dû prendre des décisions difficiles dans les dernières semaines, soit d’échanger un de ses piliers défensifs en Ryan Ellis et l’attaquant Viktor Arvidsson dans ce qui ressemble à une «réinitialisation» pour son équipe.

«On a fait les séries, ce qui est bien, mais nous n’avons pas réussi à gagner une ronde éliminatoire, a raconté Poile, au quotidien "The Tennessean", mardi dernier. Je suis fier du fait que nous avons fait les séries, mais si c’est le seul facteur de jugement de notre équipe, je n’aurais pas fait ces changements. Nous ne voulons pas être en milieu de peloton, nous voulons être meilleurs. Je comprends les conséquences de ces transactions. Nous n’aurions pas échangé Arvidsson pour des choix de deuxième et troisième tour, et nous n’aurions pas choisi Zachary L’Heureux, qui ne jouera pas pour trois ou quatre ans. C’est un pas en arrière pour un jour faire un pas en avant.»

Connaitre ses faiblesses

La formation du Tennessee possède toutefois des bons joueurs qui n’ont pas nécessairement été à la hauteur des attentes placées en eux quand ils se sont entendus avec l’équipe. C’est le cas notamment de Matt Duchene, qui a signé en 2019 un contrat de sept saisons et de 8 millions $ annuellement.

«Avant le camp d’entraînement, nous devrons nous asseoir et avoir des discussions, a révélé Poile. Ce sera encore plus important dans le cas de Matt [Duchene]. Il est là; l’âge n’est pas un facteur et il n’a pas perdu de vitesse. Il doit être meilleur.»

«On doit procurer à Matt une occasion d’évoluer dans une situation où il peut réussir et il doit faire tout en son possible pour jouer à son plein potentiel, c’est-à-dire produire et être un joueur efficace dans les deux sens», a-t-il poursuivi.

Vision à long terme

Il reste aussi à voir si les plus jeunes joueurs de l’équipe peuvent reprendre les rênes de l’organisation, ou si davantage de changements seront nécessaires pour le retour des Predators vers l’aspiration à la gloire.

«Est-ce que Tolvanen peut prendre assumer la production d’Arvidsson? Phil Tomasino peut-il performer en tant que joueur de 19 ans? Est-ce trop demander? Nous nous rajeunissons et nous améliorons notre potentiel.»

Poile a toutefois dit que, malgré son âge avancé de 71 ans, il n’allait pas toucher le futur de son équipe pour essayer de gagner à tout prix, avant qu’il ne pense à sa retraite.

«Je suis un homme de hockey et je suis loyal envers les Predators de Nashville, a-t-il partagé. Mon but est de laisser cette équipe – peu importe le moment – dans la meilleure situation possible. Si je voulais gagner dans l’immédiat, je n’aurais pas échangé Ellis ou Arvidsson ou effectuer d’autres changements comme acquérir des vétérans et donner mes choix de premier tour. Je vais faire les choses de la bonne manière jusqu’à la fin.»