Crédit : Photo Jean Carrier

Basketball

Le quatrième succès de StreetBall Québec

Publié | Mis à jour

Les deux organisateurs de StreetBall Québec 4.0, Yan Giasson et Christian Savard, étaient visiblement heureux de la quatrième édition de leur rendez-vous automnal de basketball. Malgré une certaine fatigue, les deux hommes n’ont pas hésité à qualifier leur événement de succès.

«Il y a 300 athlètes pour 75 équipes. Tous les joueurs sont doublement vaccinés. C’était une condition d’éligibilité du tournoi afin de respecter le passeport vaccinal. J’ai refusé au moins 15 formations malgré deux tournois de ce type dans la région dans les deux dernières semaines. Il y a une forte demande pour le basketball 3 contre 3», explique Christian Savard.

Le tournoi qui compte 11 catégories attire les athlètes de partout au Québec. On peut y jouer à partir de six ans.

«Nous avons du monde de Montréal, de Rimouski, de la Mauricie et même de Matane. Il y a aussi des jeunes de la région. On veut rassembler la communauté de basketball de la région. Il y a un peu plus de trente écoles représentées», continue Yan Giasson, qui est responsable du côté logistique du tournoi avec son passé de travailleur dans l’événementiel.

Nouveauté

Les organisateurs avaient même une surprise, cette année, avec une catégorie fauteuil roulant. Un type de basketball qui a piqué la curiosité de plusieurs.

«On avait gardé le secret pour voir la réaction des jeunes athlètes. Tout le monde a jeté un petit coup d’œil dans le gymnase pour voir comment ces athlètes font pour maîtriser le ballon et se déplacer. C’est une belle addition.»

Tournoi unique

Christian Savard insiste également sur certains aspects de son tournoi qui en font un incontournable, selon lui, pour ce type de basketball.

«Toutes nos parties sont arbitrées et nous garantissons un minimum de quatre joutes pour chaque équipe. Nous sommes les seuls qui font ça. On a également un physiothérapeute sur place. Tout ce qu’on veut, c’est que les jeunes aient du plaisir.»

De grands projets

L’édition 2021 inspire également les deux hommes à voir grand pour le tournoi.

«C’est certain qu’on aimerait ajouter une partie extérieure au tournoi, mais ça prend toujours un plan B au cas où la météo ne collaborerait pas. Nous avons déjà essayé par le passé, mais on aimerait que ce soit plus facile avec la Ville pour négocier un endroit.»

Grossir l’événement nécessite également un changement de la structure.

«Il faudrait quitter le CFP Limoilou et nous ne sommes pas certains de vouloir faire ça. C’est certain que la demande est forte. On va y réfléchir. On aimerait également avoir un volet spectacle le samedi soir pour faire un happening dans la communauté», terminent les deux comparses, dont les fils participent au tournoi.