Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

Football universitaire RSEQ

Nouveau mystère à résoudre pour le Rouge et Or

Jean Carrier

Publié | Mis à jour

Après avoir défié l’inconnu la semaine dernière face à McGill, le Rouge et Or de l'Université Laval a encore une fois un défi similaire devant lui puisqu’il doit se préparer à nouveau contre un adversaire qui n’a pas joué depuis près de deux ans.

La différence est que les Stingers de l'Université Concordia ont eu tout le luxe d’étudier la rencontre de la dernière semaine du Rouge et Or tandis que Laval n’a que des bandes vidéo datant de 2019 à se mettre sous la dent.

«En tenant compte de la situation de la pandémie, je pense que j’aurais préféré avoir la situation des Stingers en ayant quatre semaines de camp d’entraînement pour me préparer tout en conservant un côté stratégique secret pour le match. De l’autre côté, je suis quand même content d’avoir disputé un vrai match avec tes joueurs qui ont vu la vraie intensité d’un match universitaire. Il y a des avantages aux deux scénarios», affirme l’entraîneur-chef Glen Constantin.

Une image floue

Même si la formation lavalloise se prépare à plusieurs scénarios dans les deux phases de jeu, il demeure qu’un entraîneur aussi expérimenté que Glen Constantin possède quand même une certaine idée de ce qui l’attend.

«Les Stingers possèdent plusieurs joueurs talentueux et ils ont eu un bon recrutement. Ils avaient des lignes déficientes dans le passé, mais je pense qu’ils ont remédié à ce problème. Je m’attends à une bonne opposition.»

Il y a également une certaine attente avec le côté stratégique de Concordia.

«Ils jouent une attaque typique d’une formation de la Ligue canadienne de football (LCF), il serait étonnant que tu changes complètement ton ADN en 18 mois. En défensive, ils ont une certaine tradition d’aimer la pression. Ils amènent un joueur supplémentaire que l’attaque n’est pas en mesure de bloquer. Il faudra être prêt.»

Bâtir sur le positif

Le pilote était quand même satisfait de la dernière rencontre face à McGill et il a pointé la bonne réaction de la défensive sur la tentative des Redbirds d’établir un jeu terrestre physique. Il a également apprécié la façon dont l’offensive a réussi à bouger le ballon même si un correctif devra s’opérer.

«Il faut finir nos séquences offensives et être plus opportunistes. Il y a eu également des erreurs de jeunesse dans la tertiaire, mais c’est normal d’avoir un manque de cohésion à ce stade-ci de la saison. Je veux que l'on continue à progresser», explique Constantin tout en assurant que les ratés sur les unités spéciales du dernier match ont été corrigés pendant la semaine de pratique.

Fierté

La formation montréalaise compte dans ses rangs cinq anciens joueurs de l’Université Laval comme entraîneur en plus d’avoir à sa tête Brad Collinson, qui a passé plusieurs saisons sur le banc du Rouge et Or comme entraîneur. Glen Constantin avait des sentiments partagés sur la question.

«C’est certain que tu es fier d’un côté de voir tous ses anciens du programme qui essaient de bâtir quelque chose de spécial avec un autre club. Cependant, le côté compétiteur est présent et je souhaite que du succès aux Stingers sauf pour les trois heures de la partie contre samedi», avoue Constantin avec un sourire en coin.

L’homme de football a également fait le comparatif avec le réputé entraîneur Nick Saban de l’Université Alabama qui a une fiche parfaite face à des anciens entraîneurs de son programme qui l’affrontent à la tête d’une université différente que la sienne.

«J’espère simplement que ma fiche soit aussi bonne que lui, je pense qu’il est 12-0 contre ses anciens assistants», a-t-il mentionné à la blague.

La véritable fiche de Saban dans cette situation est de 23 gains contre aucun échec.

Vite expédié

L’application du passeport vaccinal ne semble pas être un problème pour Laval. Le pilote a assuré que tous ses joueurs ont fait le nécessaire pour se conformer à la règle et que tous les détails ont été finalisés en début de semaine.