LHJMQ

Remparts: une profondeur de championnat

Publié | Mis à jour

Maintenant que sa formation est pratiquement confirmée en vue de la prochaine saison, Patrick Roy n’a pas peur de dire qu’il estime avoir une équipe bâtie de la même façon que les plus récents champions de la LHJMQ.

À ses yeux, en plus des joueurs d’impact qu’il possède, les Zachary Bolduc, Théo Rochette, Nathan Gaucher ou Louis Crevier notamment, c’est la profondeur de son groupe qui le satisfait.

«Ce qu’on voulait, c’est avoir deux troisièmes trios. Nos deux premiers seront ceux de Théo Rochette et de Nathan Gaucher, mais on ne voulait pas avoir de quatrième trio. [...] Je regardais la façon dont les Tigres étaient bâtis l’an dernier, ainsi que la majorité des dernières équipes championnes, et ils avaient tous quatre bons trios et beaucoup de profondeur. Ça faisait en sorte que peu importe ce qui arrivait, ils étaient en mesure de bien performer. C’est ce qu’on voulait et ce sera la même chose à la défense», a-t-il reconnu mardi au terme de l’entraînement matinal de son équipe.

Même s’il reste encore un mois avant le début de la saison, Roy a déjà imaginé ce à quoi aura l’air sa formation le 1er octobre prochain. Si le trio de Rochette avec Bolduc et Christophe Farmer ainsi que celui de Gaucher en compagnie de James Malatesta et Viljami Marjala sont coulés dans le béton, Roy envisage la possibilité de réunir les deux amis Zachary Gravel et Xavier Filion avec Davis Cooper, puis Mikaël Huchette avec Pier-Olivier Roy et Hugo Audette.

Des jeunes en formation

Les Diables rouges compteront aussi sur quelques jeunes joueurs. À l’heure actuelle, les attaquants Kassim Gaudet et Andrew Gweon ainsi que les défenseurs Samuel Lachance et Mathieu Wener constituent le quatuor des recrues.

Dans le cas de Wener et Lachance, ils se retrouveront au sein d’une brigade défensive bien nantie. Au total, lorsque le Russe Vsevolod Komarov sera débarqué en ville, les Remparts miseront sur neuf défenseurs.

«On va trouver une façon de les faire jouer, a mentionné Roy. C’est une année d’expérience pour eux. Ce sont des gars qui constituent notre futur plus que notre présent. Dans les cycles du junior, il faut penser à demain. Ce sont deux gars qui méritent de jouer et on a hâte de voir leur progression cette année.»

Wener veut apprendre

Wener tenait un discours semblable à celui de son entraîneur, mardi. À 16 ans, au sein d’une brigade défensive qui compte trois défenseurs qui partiront bientôt pour des camps professionnels en Louis Crevier (Chicago), Evan Nause (Floride) et Nicolas Savoie (Colorado), il tentera d’être une éponge.

«Je suis encore très jeune. Il y a de bons vétérans, dont trois qui vont dans des camps de la Ligue nationale. On a vraiment un noyau très solide de défenseurs, donc je veux apprendre d’eux et me faire tirer vers le haut par eux. J’aimerais avoir la chance de bien faire dans les matchs en jouant bien défensivement, en étant fiable et en contribuant ensuite offensivement. Par contre, cette année, ce sera une adaptation et je veux prendre le plus de millage possible.»

Le pacte du défenseur Samuel Lachance

À 12 ans, et même s’il jouait au hockey régulièrement, le défenseur Samuel Lachance était «gros et gras». Il a alors fait un pacte avec lui-même soit de ne plus jamais retourner à ce stade. Cinq ans plus tard, ce pacte lui a permis de se tailler une place avec les Remparts.

L’arrière de 17 ans fait maintenant 6 pi et 190 lb... de muscles, assure-t-il.

«Lors de ma deuxième année pee-wee, j’étais gros et gras et à partir de là, je me suis fait une promesse de ne jamais redevenir gros tant que je jouais au hockey. Depuis ce temps, je n’arrête pas de m’entraîner et j’ai vu beaucoup de différence sur la glace. J’ai développé une éthique de travail autant sur qu’en dehors de la patinoire et c’est devenu un avantage pour moi.»

Profiter de la pandémie

Adepte d’entraînement depuis ce pacte avec lui-même, il dit avoir profité de la dernière année de pause en raison de la pandémie pour s’entraîner davantage et il a vu les résultats au récent camp d’entraînement des Diables rouges.

«À partir du moment où j’ai été retranché l’an dernier, je n’ai jamais arrêté de m’entraîner avec mon entraîneur Mikaël Giroux, qui était avec moi presque tous les jours, deux heures par jour. Ç’a vraiment fait une grosse progression. Je me suis donné à 100 % pendant toute la pause COVID. Pour certains, ç’a été un désavantage, mais pas pour moi.»

«Tout le gras que j’avais, je l’ai transformé en muscles. Je montais à 200 lb pour descendre à 190 lb et me garder des réserves avant le camp. Maintenant que le camp est fini, je vais essayer de remonter à 200 pour avoir des réserves pendant l’année. J’ai aussi pu travailler sur mon jeu de pied.»

Défenseur physique

Le défenseur de 17 ans, choix de cinquième tour des Remparts en 2020, espère maintenant faire sa place dans la formation. S’il veut le faire, il devra pratiquer le même style que celui qui lui a permis de se tailler une place avec l’équipe.

«Je suis un défenseur défensif qui effectue une bonne première passe et qui peut jouer physique. Je suis en mesure de maintenir une bonne pression sur l’adversaire en zone neutre.»