FBL-CONCACAF-GOLD-MEX-CAN

Crédit : AFP

Soccer

Enfin à la maison

Dave Lévesque

Publié | Mis à jour

C’est en jouant à la maison pour la première fois en près de deux ans que le Canada va amorcer, jeudi soir, au BMO Field de Toronto, l’étape finale de qualification pour la Coupe du monde 2022.

Le Canada va recevoir le Honduras pour le premier de ses 14 matchs dans un tournoi qui permettra à trois équipes sur huit d’obtenir un billet pour le Qatar.

La dernière sortie à domicile du Canada remonte au 15 octobre 2019, soir où les Canadiens avaient remporté une victoire historique de 2 à 0 sur les États-Unis à Toronto.

Depuis, les représentants de l’unifolié ont aligné 15 rencontres à l’étranger, même celles «à domicile».

Ils ne s’en sont pas trop mal tirés, car ils présentent une fiche de onze victoires et quatre défaites, dont une séquence de huit victoires d’affilée pendant les premier et deuxième tours de qualification de la Coupe du monde et le début de la Gold Cup.

Incroyable

Pas besoin de dire que tout le monde est motivé en abordant cette phase finale de qualification.

«C’est un sentiment incroyable d’enfin pouvoir jouer à la maison, où il y aura des partisans et des amis pour nous voir», a soutenu l’excellent Stephen Eustaquio.

Pour le sélectionneur John Herdman, c’est quelque chose qui transcende le simple sport, qui relève plutôt du confort et de l’impression de retrouver une vieille paire de pantoufles qui nous réconforte.

«On ressent l’énergie dans l’environnement. Quand on s’est présenté au BMO Field pour l’entraînement, on sentait la différence.

«C’est comme quand tu pars pour le travail et que tu rentres à la maison : il n’y a pas de meilleur sentiment. Tu es avec les tiens, tu te sens en sécurité.»

Pour amorcer ces 14 rencontres, le Canada va recevoir le Honduras jeudi soir, visiter les États-Unis dimanche et recevoir le Salvador mercredi prochain. Il a donc deux matchs sur trois à la maison pour bien lancer sa quête.

Le Canada a l’intention d’afficher la même attitude qui lui a permis de survoler les deux premières phases de qualification, même si les adversaires seront plus forts cette fois-ci.

«Les matchs à domicile sont importants, on joue chez nous devant nos gens. C’est beaucoup plus difficile d’aller chercher des points à l’étranger, a insisté Eustaquio. Cela dit, la façon de travailler demeure la même et nous visons neuf points dans cette fenêtre.»

«C’est très important de remporter notre premier match à la maison et je crois que les gars le comprennent, a pour sa part avancé John Herdman. Il faut lancer un message et continuer de bâtir notre confiance.»

Rotation

Avec trois matchs en sept soirs, Herdman entend s’inspirer de ce qu’il a fait lors des phases précédentes en séparant son équipe en deux sous-groupes.

«On ne peut pas avoir des joueurs qui jouent trois fois 90 minutes en six ou sept jours, mais je connais certains joueurs qui pourront le faire, que ce soit en raison de leur position ou de leur forme physique.»

Avec une équipe complète, il estime qu’il a les éléments pour étirer un peu la sauce.

«Je crois qu’il y a quatre ou cinq équipes qui ont la même profondeur que nous, dont la Jamaïque et le Mexique. Nous pouvons nous permettre de remplacer un par un autre.»

Espionnage

Mercredi, l’équipe du Honduras s’est plainte qu’un drone ait survolé le terrain pendant son entraînement.

John Herdman a eu la grâce d’une Joannie Rochette en patinant énormément.

«J’imagine qu’il y a pas mal de gens au Canada qui ont des drones.

«Avec une grosse équipe comme le Honduras, je suis pas mal sûr que beaucoup de gens sont intéressés de savoir ce qu’ils vont faire.»

Mais il a conclu par cet aveu à peine dissimulé, qui était accompagné d’un sourire narquois. «Il faut être très prudent en CONCACAF, c’est un endroit délicat.»