Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

Football universitaire RSEQ

Rouge et Or: Glen Constantin à cœur ouvert

Jean Carrier

Publié | Mis à jour

Plusieurs anciens joueurs des débuts du Rouge et Or feraient sûrement un saut en observant leur ancien entraîneur pendant une pratique. Glen Constantin a longtemps été reconnu comme un entraîneur intense et exigeant qui pouvait faire passer son message de façon très directe.

Le pilote avoue que la crise sanitaire l’a fait réfléchir sur plusieurs aspects du football et qu’il a trouvé très difficile la longue période de repos forcé. 

«T’as pas le choix de constater tout ce que la pandémie nous a enlevé. Des choses qu’on tenait pour acquises. Je me suis rendu compte que j’aimais tellement mon sport et que le football va bien au-delà de la victoire ou la défaite.» 

Cela ne veut pas dire que le Rouge et Or va commencer à faire soudainement des cadeaux à ses adversaires parce que l’entraîneur assure que l'accomplissement dans la réussite demeure une dimension importante du sport. 

Par contre, l’instructeur s’est fait une promesse à lui-même et c’est dans cette promesse que plusieurs anciens joueurs ne reconnaîtraient plus l’entraîneur d’autrefois. 

«Je veux m’assurer d’avoir du plaisir et je veux également que mes joueurs aient du plaisir. Je suis trop appréciatif du football pour ne pas agir de cette façon, maintenant. Ça ne veut pas dire que le standard du Rouge et Or va diminuer.» 

Ne passe pas inaperçu 

Est-ce que la nouvelle attitude de l’entraîneur a été remarquée par les vétérans de la formation? 

«Ça ne fait aucun doute qu’il est plus relax cette année. Je pense que le changement de son approche avec les joueurs a été remarqué par tous ceux qui l’ont connu avant cette saison. C’est vraiment apprécié par tout le monde. Je ne pense pas l’avoir entendu crier une fois cette saison», mentionne le vétéran receveur Mathieu Robitaille qui est également un capitaine de la formation. 

Pour le vétéran porteur Philippe Lessard-Vézina, l’attitude plus zen démontrée par Constantin a une influence sur toute la formation. 

«Je pense que ça contribue à créer un climat de travail plus constructif où les joueurs n’ont pas nécessairement peur de faire une erreur.» 

Pas de retraite en vue 

Maintenant rendu à sa 20e saison comme entraîneur-chef, Constantin assure qu’il n’a pas encore songé à la retraite. Même que la pandémie lui a insufflé une nouvelle énergie pour continuer. 

«Ça m’a manqué plus que je ne l’aurais cru au départ. Je ne me vois pas arrêter dans un avenir rapproché. Je serais même à l’aise dans le futur à seulement coacher une position, mais on n’est pas rendu là encore.» 

Un record approche 

Avec une fiche en carrière de 185 gains et seulement 33 défaites, Constantin s’approche dangereusement du record pour le plus de victoires dans le circuit USPORTS détenu par Brian Towriss avec 196. 

Le record pourrait tomber l’an prochain ou même possiblement avec une fiche parfaite cette année, mais Constantin assure qu’il n’y prête pas attention. 

«Je n’y pense pas. C’est certain que ça pourrait mettre une belle boucle sur ma carrière, mais ce n’est pas pour ça que je fais mon travail. Mon vrai cadeau c’est quand je revois des anciens qui sont devenus des avocats ou des ingénieurs et qui sont reconnaissants de leur passage à Laval. Ça valide en quelque sorte le travail que j’ai fait avec eux sur le terrain et ça me rend heureux.»