Crédit : Dominick Gravel/ALOUETTES DE MONTRÉAL/Agence QMI

Alouettes de Montréal

Un sentiment de fierté

Mathieu Boulay

Publié | Mis à jour

Au moment de leur embauche, le président Mario Cecchini et le directeur général Danny Maciocia avaient promis qu’il y aurait plus de francophones au sein de l’organisation. Ils peuvent dire : mission accomplie!

Vendredi soir, lorsqu’ils sauteront sur le terrain du Stade Percival-Molson, les Alouettes compteront sur la présence de 13 Québécois au sein de leur formation partante. Ils en auront également deux au sein de l’équipe d’entraîneurs avec Luc Brodeur-Jourdain et André Bolduc.

Les joueurs québécois s’attendent à vivre des émotions particulières lorsqu’ils se mettront à courir sur le terrain avec le chandail des Alouettes sur le dos.

«C’est sûr que je vais vivre de l’excitation, a mentionné Alexandre Gagné. En évoluant dans l’Ouest depuis mes débuts dans la LCF, ma famille et mes proches avaient moins la possibilité de suivre mes matchs.

«J’ai hâte de pouvoir leur montrer ce que je fais dans la vie. Jusqu’au premier botté de la rencontre, je vais avoir une petite boule dans le ventre. Je vais être excité de jouer à Montréal et d’être du bon côté du vestiaire. Je vais en profiter en masse.»

Pour Kerfalla Exumé, il aura également la chance de jouer devant sa famille pour une rare fois.

«Ma blonde et mes parents seront dans les gradins, a-t-il souligné. Mes cousins se sont chargés de passer le mot pour avoir le plus grand nombre de personnes au stade.»

Au sein des unités spéciales, il y a 10 joueurs québécois sur une possibilité de 12.

«On en fait une fierté de jouer ensemble sur les unités spéciales, a ajouté Exumé. On se donne à fond et on s’amuse sur le terrain. Lorsqu’on doit faire des ajustements, on se parle en français et on continue.»

Même au deuxième étage

Au sein de son équipe des opérations football, Maciocia n’a pas hésité à s’entourer de plusieurs hommes et d’une femme de football de la Belle Province.

Éric Deslauriers, Byron Archambault, Antoine Authier, Pierre-Olivier Breault, David Deschamps, Serge Savoie et Élisabeth Dubé lui donnent un coup de pouce dans ses décisions et dans ses défis de logistique.

Le mot fierté revient constamment dans les bouches de Cecchini et de Maciocia. Pour eux, c’est un ingrédient essentiel pour ramener la coupe Grey à Montréal. Il faut maintenant que le gâteau lève.

Les Québécois en uniforme vendredi soir:

#15 David Côté, botteur

#24 Marc-Antoine Dequoy, maraudeur

#34 Alexandre Gagné, secondeur

#35 Pierre-Luc Caron, spécialiste des longues remises

#38 Christophe Normand, centre-arrière

#41 Kerfalla Exumé, demi défensif

#42 Jean-Samuel Blanc, ailier défensif

#45 Alexandre Chevrier, secondeur

#51 Kristian Matte, ligne offensive

#52 David Ménard, ailier défensif

#53 Philippe Gagnon, ligne offensive

#68 David Foucault, ligne offensive

#83 Régis Cibasu, centre-arrière