Crédit : Photo d'archives, AFP

LNH

Tony DeAngelo, un risque calculé des Hurricanes?

Publié | Mis à jour

Tony DeAngelo est un citoyen américain avec des opinions bien tranchées n’ayant jamais hésité à débattre sur les médias sociaux. Il demeure toutefois un excellent coéquipier qui pourra rendre de fiers services aux Hurricanes de la Caroline s’il parvient à se contrôler.

C’est du moins l’avis de l’ancien directeur général des Rangers de New York, Jeff Gorton, qui a commenté le cas du défenseur durant son passage au micro de la baladodiffusion «Cam & Strick», mardi.

DeAngelo a été suspendu au mois de février par les Rangers et n’a plus joué un seul match par la suite en raison d’une altercation avec le gardien Alexandar Georgiev. Son contrat a ensuite été racheté. Il s’agissait du dernier de plusieurs écarts de conduite de DeAngelo, qui s’était fait remarquer pour son appui indéfectible au président sortant Donald Trump et son intention de joindre le réseau social Parler, réputé pour accepter les commentaires d’extrême-droite.

«Vous n’avez aucun contrôle pour être honnête, a dit Gorton à propos de l’utilisation des médias sociaux par les joueurs. Vous demandez à des spécialistes de leur en parler. Mais il y a toujours eu quelques joueurs qui, vous savez, vont un peu trop loin. Il est assez passionné à propos de la façon dont il pense que le monde devrait fonctionner.»

«Parfois, quand il "traversait la ligne", je l’appelais pour lui dire: "c’est assez. Est-ce que ça vaut vraiment la peine d’avoir tous ses partisans qui répondent à tes messages et de leur répondre ensuite? Est-ce vraiment quelque chose qui va fonctionner pour nous?"»

Apprécié malgré tout

DeAngelo n’était pas un cancer pour autant dans le vestiaire. Malgré les rumeurs à son sujet, Gorton a affirmé qu’il était un coéquipier très apprécié.

«Tony est en fait une personne engagée et très drôle, a expliqué Gorton. Mais parfois, il doit apprendre à se déconnecter [des médias sociaux]. Ses coéquipiers l’aimaient beaucoup en fait. Il est drôle, engagé, robuste. C’est un bon joueur. C’est simplement qu’il doit parfois se retenir avant d’aller trop loin.»

Rentrer dans le rang

Il a ainsi convaincu les Hurricanes de lui faire confiance, paraphant cet été un contrat d’un an et de 1 million $. Sa saison de 15 buts et 53 points en 68 parties en 2019-2020 y est certainement pour quelque chose.

Gorton, qui a dévoilé avoir été contacté par plusieurs équipes avant de racheter officiellement le contrat du défenseur, n’a pas hésité à donner quelques conseils aux Hurricanes.

«Plus d’une équipe m’a appelé et j’ai dit la même chose: c’est un bon gars. Je crois que ce qui est arrivé parfois, c’est que les Rangers étaient une jeune équipe et que nous aurions eu besoin de quelques vétérans plus vieux pour inculquer le sens des responsabilités à ce genre de joueurs et les faire entrer dans les rangs. Nous n’en avions pas nécessairement assez. Mais j’ai dit aux équipes: "Si vous avez ces vétérans, et que vous voulez lui donner une dernière chance, il a beaucoup de talent et il va se battre pour vous".»

Les Hurricanes compteront donc sur l’aide de leur capitaine Jordan Staal, ainsi que sur les arrières Brendan Smith, Ian Cole et Jake Gardiner, pour s’assurer du bon comportement du nouveau venu.