Crédit : Martin Chevalier / Archives

F1

Mégatransaction en F1 sous enquête

Publié | Mis à jour

Les autorités boursières européennes enquêtent sur une grosse transaction qui implique deux des plus puissants décideurs de la Formule 1, dont le multimilliardaire Lawrence Stroll, père du pilote québécois Lance Stroll.

Stroll, actionnaire important du constructeur Aston Martin depuis l’an dernier, est un bon ami de Toto Wolff, le patron de l’écurie Mercedes. Les deux hommes en mènent large: leurs équipes de course respectives sont parmi les plus riches du grand cirque de la F1.

Selon des informations obtenues par notre Bureau d’enquête, BaFin, le gendarme des marchés boursiers allemands, s’est penché en novembre 2020 sur l’achat d’actions d’Aston Martin par Toto Wolff. Le motif de cet examen était de possibles suspicions de délit d’initié.

Le dossier a par la suite été transféré pour examen à la Financial Conduct Authority (FCA), au Royaume-Uni, car les actions d’Aston sont cotées à la Bourse de Londres.

La transaction qui intéresse les autorités est la suivante: Toto Wolff a acquis en avril 2020 une participation de 0,95 % dans Aston Martin. Le prix payé pour les actions est confidentiel, mais considérant la valeur en bourse d’Aston Martin, la part détenue par Wolff vaut environ 36 millions $.

Écoutez le résumé d'Olivier Bourque, journaliste économique au Journal de Montréal, sur QUB radio:

Des annonces payantes

Le hic, c’est qu’à peine six mois après cette transaction, il a été annoncé que Mercedes comptait prendre une participation additionnelle pouvant aller jusqu’à 20 % dans Aston Martin. Aussi, le constructeur britannique a annoncé en mai 2020 la nomination comme PDG de Tobias Mœrs, qui était jusqu’alors patron de la filiale AMG de Mercedes.

Ces deux annonces ont coïncidé avec un bond important de la valeur d’Aston Martin.

Entre le 17 avril 2020 et aujourd’hui, le titre d’Aston a grimpé de plus de 60 %.

Toto Wolff savait-il, au moment d’acquérir une participation, que le patron d’AMG était sur le point de rejoindre Aston? Savait-il que Mercedes planifiait un nouvel investissement dans la firme?

«Non», nous a assuré Bradley Lord, chef des communications de l’écurie Mercedes en F1.

Ce dernier nous a dit ne pas être au courant de vérifications en cours.

«Nous ne sommes au courant d’aucune action du genre. Toutes les divulgations nécessaires ont été faites aux autorités financières britanniques au moment approprié», a-t-il réagi.

«Partenaire de confiance»

Ni les autorités boursières allemandes ni les autorités britanniques n’ont voulu commenter nos informations.

Une porte-parole d’Aston Martin, Grace Barnie, nous a dit ne pas avoir de commentaire à faire de la part ni de Lawrence Stroll ni de son entreprise à ce sujet.

Le média spécialisé Motorsport a rapporté en avril 2020 que l’investissement de Wolff aurait été fait avec la bénédiction du conseil d’administration de Daimler (la maison-mère de Mercedes) en Allemagne.

«Il s’agit d’un investissement financier. Comme toujours, nous ne faisons de commentaire sur aucune procédure interne qui a été tenue », s’est limité à nous dire Jörg Howe, porte-parole chez Daimler.

«M. Wolff est un partenaire de confiance de Daimler AG à travers leur coactionnariat dans l’équipe de Formule 1 de Mercedes depuis 2013», a-t-il ajouté.

Proche de Stroll

Toto Wolff est très proche de Lawrence Stroll. À la fin mars 2020, le quotidien britannique Daily Mail rapportait que les deux avaient manqué une réunion cruciale de la F1 et seraient revenus de voyage ensemble.

«M. Wolff et M. Stroll sont des amis et partagent parfois des arrangements de voyage vers et au retour de Grand Prix. Ce fut le cas à Melbourne en [mars] 2020», nous a expliqué Bradley Lord.

«Toto a investi dans Aston Martin parce qu’il croit à la marque, au produit et à son potentiel de croissance», a-t-il soutenu.

Les événements sous la loupe

31 janvier 2020

Lawrence Stroll annonce qu’il achète 16,7 % du constructeur Aston Martin, alors en difficulté.

La transaction est d’une valeur annoncée de 182 millions de livres (312 millions $) avec des partenaires, dont André Desmarais (ci-contre), de Power Corp. du Canada.

13 mars 2020

Les termes de l’entente de janvier sont renégociés à cause de la COVID-19. Le groupe de Stroll achète 25 % d’Aston pour 262 millions de livres (449 millions $).

17 avril 2020

Le groupe de Stroll vend à Toto Wolff une partie de ses actions nouvellement acquises, à un prix confidentiel. Ces actions correspondent à 0,95 % de la valeur d’Aston Martin.

Le transfert d’actions se fait d’une compagnie liée à Stroll basée aux îles Vierges britanniques (un paradis fiscal) jusqu’à une compagnie liée à Wolff basée à Guernesey (un autre paradis fiscal).

20 avril 2020

Lawrence Stroll devient président exécutif du conseil d’Aston Martin.

26 mai 2020

Aston Martin annonce la nomination de Tobias Mœrs, ex-patron de la filiale AMG de Mercedes, à sa tête.

27 octobre 2020

Aston Martin annonce un accord avec Mercedes en vertu duquel Mercedes augmentera sa participation jusqu’à 20 % dans Aston en échange de technologies.

Août 2021

La valeur de l’action d’Aston Martin est plus de 60 % plus élevée qu’en avril 2020, avant le transfert d’actions.

Lawrence Stroll

  • 61 ans
  • Président exécutif et actionnaire d’Aston Martin
  • Père du pilote Lance Stroll, qui court au sein de l’écurie Aston Martin
  • A fait fortune dans la mode en commercialisant notamment les marques Tommy Hilfiger et Michael Kors
  • Propriétaire du circuit Mont-Tremblant, au nord de Montréal
  • A racheté en 2018 l’écurie Force India en F1
  • Fortune estimée par Forbes à 3,2 milliards $ US (4,1 milliards $ CA)
  • S’est départi récemment d’un yacht de 200 MILLIONS $ US et de Ferrari de collection

Toto Wolff

  • 49 ans
  • Patron de l’écurie Mercedes
  • Décrit par Forbes comme un des hommes les plus puissants de la F1
  • Investisseur dans l’équipe Mercedes en F1 depuis 2013 (il en détient actuellement 33 %)
  • Ancien pilote de course, notamment en Formule Ford
  • Fortune estimée à 700 millions de francs suisses (941 millions $) par le magazine Bilan en 2020