SPO-SOCCER-MEGANE-SAUVE

Crédit : PHOTO COURTOISIE/JAMES HAJJAR

Football universitaire RSEQ

Soccer féminin : de grosses attentes chez les Carabins

Publié | Mis à jour

Dominante depuis plusieurs saisons, l’équipe féminine de soccer des Carabins de l’Université de Montréal n’a qu’un seul objectif pour la campagne 2021 : finir l’année en soulevant le gros trophée.

«Pour avoir une saison réussie, c’est rien de moins qu’une victoire au Championnat canadien, a clamé la milieu de terrain Mégane Sauvé, lorsque jointe au bout du fil dimanche.

«Se qualifier pour le tournoi canadien ou remporter le championnat québécois, ce n’est pas satisfaisant. C’est la mentalité que nous transmettons à nos nouvelles joueuses», a ajouté celle qui en sera à sa quatrième saison au niveau universitaire.

Les Carabins viennent de compléter leur camp de sélection et s’apprêtent à amorcer leur saison régulière. Dans les trois dernières campagnes, les Bleus ont remporté deux fois les séries de la division québécoise et une fois le Championnat canadien.

De la pression

Cette victoire sur la scène nationale est survenue en 2017, alors que Sauvé était une joueuse de première année. De cette formation championne, il reste quatre autres athlètes qui porteront l’uniforme de l’UdeM en 2021, soit les défenseures Rose-Marie Julien et Marie-Ève Bernard O’Breham, la milieu de terrain Karine Lafontaine, ainsi que l’attaquante Romy Longpré.

Sauvé ne cache pas que ce n’est pas nécessairement facile d’amorcer une carrière universitaire en remportant les grands honneurs.

«Pour les filles qui étaient de l’édition championne de 2017, c’est difficile de ne pas le gagner chaque saison, a-t-elle dit. Les saisons ne sont jamais satisfaisantes quand tu ne te rends pas jusqu’au bout. C’est toujours une déception, mais nous sommes quand même sereines avec ça. Nous savons que c’est difficile de remporter le Championnat canadien.»

Les étudiantes-athlètes qui composent l’équipe doivent aussi vivre avec la pression de performer, que celle-ci vienne de l’extérieur, des entraîneurs ou d’elles-mêmes.

«Ce n’est pas évident, car les gens s’attendent à ce que nous produisions. Nous ne sommes pas censés perdre un seul match dans la saison régulière. Il faut faire un sans-faute et la pression est grande», a affirmé Sauvé.

«Il est donc important d’y aller un match à la fois et d’être consciente que la perfection n’existe pas. L’important, c’est notre approche quand nous vivons de l’adversité et de ne jamais arrêter de travailler.»

Des «vieilles recrues»

Dans leur quête d’un deuxième sacre canadien dans leur histoire, les Carabins pourront compter sur deux nouvelles joueuses de grand talent en 2021.

En effet, les défenseures Nathalie Brunelle et Maude Poulin se sont ajoutées à la déjà puissante formation des Bleus. Les deux femmes étaient respectivement les capitaines des Martlets de McGill et des Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières en 2019.

«Nous avons des vieilles recrues, a indiqué Sauvé en riant. Elles ont toutes les deux été capitaines de leur ancienne équipe et sont en mesure de faire toute une différence. Elles sont constamment sur les équipes d’étoiles depuis qu’elles évoluent au niveau universitaire.»

«Elles viennent ici et dans leur tête elles se disent qu’avec cette équipe-là elles auront une chance de remporter un Championnat canadien. Elles entrent vraiment bien dans le moule des Carabins depuis qu’elles sont avec nous.»

Les Carabins amorceront leur campagne 2021 le vendredi 10 septembre, alors qu’elles visiteront les Stingers de Concordia.