Crédit : AFP

NFL

Trubisky fait payer les Bears

Publié | Mis à jour

Ce n’était peut-être qu’un simple match préparatoire, mais le quart-arrière des Bills de Buffalo Mitch Trubisky est venu hanter son ancienne équipe, les Bears de Chicago, samedi au Soldier Field, en les défaisant au compte de 41 à 15.

Considéré comme le quart-arrière d’avenir des Bears lorsqu’il a été sélectionné avec le deuxième tour de parole au total du repêchage de 2017, l’athlète de 27 ans n’a jamais répondu aux attentes placées en lui. C’est ainsi que la formation de l’Illinois l’a laissé partir via le marché des joueurs autonomes, durant la dernière saison morte, afin de recommencer avec un nouveau pivot plus jeune, soit Justin Fields, repêché en première ronde (11e au total) du plus récent encan amateur.

Trubisky a ainsi profité de son autonomie pour signer un pacte d’une saison avec les Bills, au mois de mars.

Dans le duel du jour, il a complété 20 de ses 28 tentatives de passes pour 221 verges en plus de réussir une remise dans la zone des buts adverse. Malgré cette performance, Trubisky est assuré de jouer le rôle de second violon au quart-arrière Josh Allen cette saison.

Pour sa part, Fields a pu savourer sa deuxième expérience d’un match de la NFL. Même s’il a connu moins de succès qu’à sa première sortie, il a réussi neuf de ses 19 passes, pour 80 verges de gains. Il a aussi aidé les siens au sol, avec quatre portées pour 46 verges.

Les Packers vaincus à domicile

Du côté de Green Bay, les Packers ont baissé pavillon par la marque de 23 à 14 face aux Jets de New York pour essuyer un deuxième revers en deux matchs préparatoires.

Le quart-arrière étoile de la formation, Aaron Rodgers, leur manque visiblement. Après une mésentente avec l’équipe et un délai avant qu’il soit officiellement de retour en son sein, il a été convenu qu’il ne participerait pas aux matchs présaisons des Packers.

Malgré une performance honorable du quart partant de la soirée, Kurt Benkert, qui a complété 18 de ses 25 tentatives de passes pour 151 verges de gain par la voie des airs, les Packers ont été limités à deux touchés. Le premier est venu d’une course de Kylin Hill et le second a été le résultat d’un attrapé de Jace Sternberger.

Les Jets ont réussi autant de jeux qui ont abouti dans la zone des buts que leurs rivaux, mais la différence est venue du pied de Matt Ammendola. Le botteur a réalisé trois placements, dont le plus long d’une distance de 54 verges, pour aider les siens à avoir le gain.