Crédit : AFP

Tennis

Medvedev se blesse contre une caméra et pète les plombs

Publié | Mis à jour

Fin de série pour Daniil Medvedev. Le N.2 mondial russe, titré à Toronto la semaine passée, a chuté en demi-finale du Masters 1000 de Cincinnati samedi, vaincu par son compatriote Andrey Rublev en trois manches (2-6, 6-3, 6-3).

Le 7e mondial a fait mentir les pronostics, lui qui n'avait pas inscrit le moindre set lors de ses quatre précédents matches face au longiligne Medvedev (1,98 m, 83 kg), finaliste de l'Open d'Australie en début d'année.  

Dans l'Ohio dimanche, Rublev disputera donc sa quatrième finale de l'année (1 titre à Rotterdam). Ce sera la deuxième dans un tournoi de cette catégorie, située juste en dessous des levées du Grand Chelem, après celle perdue en avril à Monte-Carlo devant Stefanos Tsitsipas. 

Pour le gain du trophée dans l'Ohio, il retrouvera le Grec, 3e mondial, ou devra ferrailler avec l'Allemand Alexander Zverev (5e), opposés dans l'autre demi-finale.  

Rublev a déjà franchi un cap face à un adversaire qui ne lui réussissait pas du tout jusque-là. Débordé dans la première manche, le Moscovite semblait pourtant se diriger vers une cinquième défaite en autant de matches face au N.2 mondial.

Mais il a su se montrer plus agressif et entreprenant ensuite, n'hésitant pas à forcer sa nature en montant au filet, à l'image d'une volée digne de Stefan Edberg, exécutée en fin de partie. Mais un désagrément subi par son adversaire a peut-être aussi fait pencher la balance en sa faveur. 

Choc avec une caméra  

En début de deuxième manche, Medvedev a percuté une caméra situé en fond de court, qu'il a gratifié d'un coup de pied, passablement agacé. Visiblement touché à la main gauche et au bras droit lors du choc, le lauréat de l'édition 2019 a sollicité un kiné lors du changement de côté, puis dans la troisième manche.

Plus du tout dominant, le N.2 mondial a dû beaucoup défendre devant un Rublev devenu agressif. Lors d'un huitième jeu haletant de plus de 15 minutes dans le deuxième set, le 7e mondial a fini par breaker sur sa cinquième occasion. Avant de recoller à un set (6-3) partout non sans avoir dû défendre deux balles de débreak.

Rublev a définitivement pris le dessus sur son compatriote en le breakant à deux reprise dans l'ultime set du match bouclé en 2h15. Dans l'épreuve féminine à Cincinnati, la N.1 mondiale, l'Australienne Ashleigh Barty, n'a pas connu énormément de difficultés pour se défaire d'une ancienne N.1 mondiale, l'Allemande Angelique Kerber (22e). La lauréate de Wimbledon - où elle avait déjà battue Kerber, en demi-finale - s'est imposée 6-2, 7-5 en 1h15.

Son efficacité au service (12 aces contre 1) l'ont bien aidée pour prendre la mesure de la triple championne en Grand Chelem (Australie US Open 2016, Wimbledon 2018).

Barty tentera dimanche de s'offrir un cinquième trophée cette saison après ses titres à Londres, Stuttgart, Miami et lors du WTA 500 de Melbourne (Yarra Valley).

Il lui faudra pour cela battre l'invitée surprise du dernier carré, la Suissesse Jil Teichman (76e), ou la Tchèque Karolina Pliskova (4e), qu'elle avait dominée en finale de Wimbledon.