Crédit : THIERRY LAFORCE/AGENCE QMI

Patinage

Sans pression pour Florence Brunelle

Publié | Mis à jour

Florence Brunelle, 17 ans seulement, a une occasion parfaite de pouvoir se mesurer aux meilleures athlètes de sa discipline au pays au moment où commencent, ce samedi à Montréal, les Championnats canadiens de patinage de vitesse courte piste.

«C’est la première fois que je vais patiner contre les filles de l’équipe nationale dans une compétition, à part Courtney [Sarault] lors des derniers Championnats du monde seniors», expose Brunelle, considérée par plusieurs comme l’étoile montante.

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la jeune fille originaire de Trois-Rivières avait été choisie, en mars dernier, pour participer aux Mondiaux, à Dordrecht, aux Pays-Bas. Cette fois, à l’aréna Maurice-Richard, elle sera confrontée à Sarault, mais aussi à Kim Boutin et Alyson Charles, entre autres.

«Ces filles-là ont beaucoup d’expérience et sont très bonnes, convient l’adolescente. Oui, elles m’impressionnent, mais au moment de la course, ce n’est pas le temps de me laisser impressionner. Sinon, je vais m’imposer des limites dans ce que je dois faire.»

Fébrilité et confiance

Brunelle énumère les trois médailles olympiques de Boutin, mais aussi le titre de vice-championne du monde obtenue par Sarault, en mars, derrière la championne néerlandaise Suzanne Schulting. Dans le cas de la Trifluvienne, il est de mise de rappeler qu’elle avait pour sa part remporté l'argent dans deux épreuves différentes, soit les 500 et 1500 mètres, aux Championnats du monde juniors à Bormio, en Italie, durant l’année 2020.

«Je suis fébrile et j’ai hâte de faire ces courses-là, tranche Brunelle, arborant une certaine confiance pour ces Championnats canadiens. Il ne faut pas non plus que j’aille peur de faire des erreurs au niveau tactique.»

«Je suis en train d’apprendre beaucoup et j’apprends beaucoup de choses en même temps, explique par ailleurs l‘athlète. C’est important pour moi de ne pas voir ça trop gros et de simplement rentrer dans cette compétition-là en me concentrant sur le moment présent.»

Une bonne préparation

Si elle fait les petites choses, Brunelle sait qu’elle obtiendra les résultats escomptés. Une participation aux épreuves de Coupe du monde est à l’enjeu, tout comme, conséquemment, une possible présence aux Jeux olympiques de Pékin, en février 2022.

«C’est une compétition importante, mais au final, je dois demeurer la personne que je suis et je vais simplement faire ce que je suis capable de faire, affirme-t-elle. Je vais bien me préparer avant les courses pour être certaine d’être à 100 %. L’idée est de donner la meilleure performance que je suis en mesure d’avoir.»

- Patinage de vitesse Canada a dévoilé, cette semaine, les détails de son Projet-pilote de Leadership féminin 2021-2022, une initiative en matière d’égalité des genres que l’organisation lancera au cours de la saison à venir. L’objectif : accroître le taux de participation des filles et des femmes en tant qu’athlètes et entraîneures ainsi que dans des rôles de leadership en patinage de vitesse. L’ancienne patineuse Marianne St-Gelais, qui est maintenant entraîneure à temps plein au Centre régional canadien d’entraînement (CRCE) à Montréal, sera notamment impliquée dans le projet dans un rôle d’ambassadrice.