SPO-HOCKEY-OLYMPIQUES-GASCON

Crédit : Jadrino Huot / AGENCE QMI

LHJMQ

«Je ne suis pas venue ici pour boucher un trou»

Publié | Mis à jour

La gardienne de but Ève Gascon a participé mardi matin à son premier entraînement sur glace au camp de développement des Olympiques de Gatineau de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) et, à ses propres dires, elle n’est pas là pour jouer les touristes, mais bien pour se tailler un poste avec l’équipe.

«Je ne suis pas venue ici pour boucher un trou, mais bien pour montrer mon talent. Je me sentais bien sur la glace et en confiance, ce qui m’a permis de m’ajuster au jeu plus rapide de la LHJMQ», a-t-elle avoué en conférence de presse après la séance d'entraînement matinale.

La jeune femme de 18 ans a fait belle impression à ses premiers coups de patin avec son nouveau club. Elle était alerte devant son filet, ce qui a plu à ses entraîneurs.

«L’organisation ne lui fait pas de traitements de faveur. Elle mérite d’être ici, c’était un ‘’no brainer’’ pour moi», a lancé sans hésiter le directeur général et entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau, Louis Robitaille.

«Sa position de base et ses déplacements sont ses forces. Elle est rarement prise hors position», a quant à lui analysé l’entraîneur des gardiens de but de l’équipe, Jean-Martin Hamel.

Des matchs en vue

Le parcours d’Ève Gascon pourrait d’ailleurs s’étirer dans la LHJMQ si elle continue d'offrir de bonnes performances. En effet, selon les premiers constats, les règles de la NCAA qui limite le temps de glace d’un joueur à 48 heures au niveau junior s’il souhaite évoluer dans le circuit universitaire américain ne s’appliqueraient pas aux filles.

L’athlète entend toutefois honorer son entente verbale conclue avec l’Université Minnesota-Duluth pour jouer avec leur club féminin dès la saison 2023, mais, d’ici là, rien ne devrait l'empêcher de participer à des matchs hors-concours ou même davantage.

«Nous voulons valider tous les renseignements pour être sûrs à 100% que nous sommes conformes aux règles. Avec l’aide de sa famille et de ses conseillers, nous allons prendre les meilleures décisions pour l’aider dans sa carrière», a précisé Louis Robitaille.

Pression

L’invitation d’Ève Gascon au camp de développement des Olympiques de Gatineau n’est certes pas passée inaperçue. L’organisation a reçu pas moins d’une cinquantaine de demandes d’entrevue des quatre coins de la planète hockey, y compris du prestigieux magazine Hockey News.

«C’est toujours bizarre, je ne m’attendais pas à ça», a réagi la principale intéressée.

«Nous avons mis en place un plan pour faire face à toute cette attention médiatique. Nous allons encadrer Ève comme tous nos autres joueurs. Elle est ici pour jouer au hockey et elle doit pouvoir se concentrer sur son camp», a assuré Louis Robitaille.

Ces demandes média s’ajoutent à tous les textos de félicitations reçus de toute part, de Danièle Sauvageau à Kim St-Pierre, en passant par Mélodie Daoust et Charline Labonté.