Alouettes de Montréal

Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Alouettes de Montréal

B.J. Cunningham comme un poisson dans l’eau

Publié | Mis à jour

B.J. Cunningham a disputé son premier match en plus de deux ans samedi à Edmonton face aux Elks. Malgré cette longue période d’inactivité, le receveur des Alouettes de Montréal n’a pas paru trop rouillé.

L’Américain a capté cinq des sept passes dirigées vers lui pour des gains de 86 verges et un touché. Il s’agissait de son premier majeur depuis le 14 juin 2019.

Cunningham s’est notamment démarqué sur un attrapé de 53 verges au deuxième quart. Il s’est offert en cible alors que le quart Vernon Adams fils était sous pression.

«C’est incroyable d’être de retour, a indiqué Cunningham au "Journal de Montréal". Je suis excité autant que mes coéquipiers. Ça démontre à quel point le football nous a manqué.»

La bonne nouvelle, c’est qu’il a pu casser la glace rapidement dans le match. Il a capté une passe dès la deuxième séquence à l’attaque des Alouettes.

«Avec le camp que j’ai connu, j’étais plus que prêt pour cette rencontre contre Edmonton, a-t-il expliqué. Mes armes étaient bien affûtées pour mon retour au jeu.

«J’étais content d’avoir le ballon tôt dans le match. Ça m’a permis de me sentir engagé dès le départ.»

Même s’il est un vétéran dans la Ligue canadienne de football (LCF), Cunningham savait que son poste n’était pas garanti au sein de la formation montréalaise. Il avait des choses à prouver aux dirigeants et à lui-même.

«J’étais un peu plus nerveux qu’à l’habitude, a ajouté l’Américain de 32 ans. Ça faisait deux ans que je n’avais pas joué à ce niveau. Je n’ai pas eu le temps de faire quelques entraînements avant le début parce que je devais effectuer ma quarantaine.

«Je me suis rendu compte que ça m’avait beaucoup manqué.»

Retrouver les coéquipiers

Il s’ennuyait aussi de la camaraderie avec ses coéquipiers sur le terrain et dans le vestiaire.

«D’être sur le terrain avec eux, ça m’a aussi manqué. Je suis content de pouvoir contribuer aux succès de l’équipe et de pouvoir célébrer les moments positifs en leur compagnie.

«Je suis heureux de faire partie d’une bonne équipe et de voir qu’elle se dirige dans la bonne direction.»

L’escouade aérienne des Alouettes est l’une des plus talentueuses de la LCF. En plus de Cunningham, elle compte sur la présence d’Eugene Lewis, Jake Wieneke, Quan Bray et Dante Absher.

«Nous avons une équipe dangereuse à l’attaque. On doit continuer de pousser et de s’améliorer pour devenir une puissance dans la LCF.»

Un atout précieux

L’entraîneur-chef, Khari Jones, est heureux de pouvoir compter sur Cunningham au sein de son escouade aérienne.

«C’est un professionnel jusqu’au bout des doigts et on est heureux de l’avoir avec nous, a-t-il mentionné durant son point de presse quotidien, mardi. Il fait ce qu’un receveur doit faire pour être prêt et connaître du succès.

«B.J. a eu un impact dans notre victoire à Edmonton, mais sa performance ne nous a pas surpris. Il a été en mesure de transposer dans un match ce qu’il faisait à l’entraînement.»

Il le décrit comme un excellent joueur d’équipe.

«Ce n’est pas une personne qui parle beaucoup, mais c’est un bon gars d’équipe, a ajouté Jones. Il est heureux lorsque son coéquipier attrape une passe.»