Tennis

Osaka fond en larmes lors d'un point de presse

Publié | Mis à jour

À sa première conférence de presse depuis le mois de mai dernier, la Japonaise Naomi Osaka a fondu en larmes, lundi, à Cincinnati.

Tout se passait bien jusqu'à ce que le journaliste du Cincinnati Enquirer Paul Daugherty lui demande sur ton passif-agressif comment elle faisait pour ne pas aimer parler aux médias sportifs lors de conférences de presse alors qu'elle a des intérêts en-dehors du tennis qui sont bien servis par les médias.

Osaka, visiblement ébranlée, a répondu qu'elle était d'abord et avant tout une joueuse de tennis et que c'est pour ça, principalement, que les médias parlent d'elle. C'est après cette réponse qu'elle s'est mise à pleurer et qu'elle a quitté momentanément le point de presse avant de revenir pour répondre à quelques questions portant sur le tennis.

L'agent d'Osaka, furieux, a réagi à cette scène.

«L'intimidateur du Cincinnati Enquirer est l'exemple parfait qui explique pourquoi la relation entre les joueurs et les médias est si tendue en ce moment, a-t-il expliqué au journaliste Ben Rothenberg.

«Tout le monde présent à ce point de presse sera d'accord pour dire que le ton utilisé était mauvais et que le seul but était d'intimider. Et cette insinuation que Naomi doit son succès hors terrain aux médias est un mythe. Ne soyez pas si complaisants»

À voir dans la vidéo ci-dessus.