Club de foot Montréal

Mathieu Choinière sort de l’ombre

Publié | Mis à jour

Même si on savait déjà qui il était, on peut dire que Mathieu Choinière est réellement en train de sortir de l’ombre chez le CF Montréal cette année.

Le jeune joueur de 22 ans originaire de Saint-Alexandre, en Montérégie, est devenu un partant régulier sous la gouverne de Wilfried Nancy, ayant amorcé neuf des 11 rencontres auxquelles il a participé cette saison. Il a d’ailleurs été partant lors de huit des neuf derniers matchs de l’équipe.

Avec encore 15 parties à disputer d’ici la fin du calendrier régulier, il totalise déjà 770 minutes de jeu, son meilleur total depuis qu’il a fait ses débuts professionnels avec l’équipe, en 2018.

De plus, il a également marqué son premier but en carrière cette saison. On peut véritablement parler d’une éclosion dans son cas.

Pas son poste   

Et le plus fascinant dans cette histoire, c’est qu’il a d’abord surpris en jouant particulièrement bien comme latéral droit, une position qui n’est pas la sienne.

Qui aurait dit qu’il aurait besoin de délaisser son poste de milieu offensif pour solidifier sa place dans l’effectif?

«Est-ce que j’y ai pensé? Oui et non, a-t-il admis lors d’une conférence de presse lundi. Mais j’ai trouvé une position comme piston qui me va très bien. J’arrive bien à défendre sur la dernière ligne tout en allant vers l’avant.»

Mais comme Zacahry Brault-Guillard est lui aussi jeune et a retrouvé son aplomb sur le flanc droit, Choinière ne peut pas lever le pied. Heureusement pour lui, il est doté d’une polyvalence qui le sert bien.

«Que ce soit à droite, à gauche ou au milieu de terrain, il n’y a pas de souci parce que la façon dont le "coach" veut qu’on joue est claire. On a beaucoup d’automatismes, peu importe la position, ça devient naturel.»

Flexibilité   

Et c’est justement la polyvalence de Choinière qui le rend encore plus utile aux yeux de Wilfried Nancy. Ce dernier semble avoir une affection particulière pour celui qu’il connaît depuis ses jours avec l’Académie de l’équipe.

«Mon petit Mathieu, c’est sa flexibilité tactique dans le jeu [qui me plaît]. Il a un état d’esprit qui est irréprochable, il va se dépouiller pour le club et je peux l’employer à plusieurs positions.»

Il espère maintenant que Choinière, tout comme le reste de l’équipe d’ailleurs, soit un peu moins gentil. Parce qu’en dehors du terrain, Choinière est un jeune homme charmant, tout en douceur et discret.

«Je veux qu’il prenne encore un peu plus de risques et qu’il soit plus agressif. Ce n’est que le début pour lui», a assuré Nancy.

Fierté   

Nancy ne se fait pas prier pour parler de Choinière, un jeune qu’on voyait avec la première équipe depuis qu’il avait 14 ou 15 ans.

«À l’Académie, on est fiers de Mathieu parce qu’il a fait toutes les étapes. On a pu expérimenter plein de choses avec lui et plusieurs autres, et je ne suis pas surpris de ce qu’il fait maintenant.»

Et comme Nancy le fait remarquer, c’est difficile de se faire une place chez les pros et encore plus difficile de la garder. Choinière fait tout en son pouvoir pour maintenir son niveau.

«Je me sens super bien en ce moment. Je me pointe à l’entraînement pour travailler fort et mettre mes qualités de l’avant. J’essaie de prendre l’énergie des moments où je ne jouais pas pour continuer de travailler, parce qu’on ne sait jamais si ça va se reproduire.»

On comprend donc mieux pourquoi on voit plus de maturité dans son jeu. Il est le premier à reconnaître qu’il est devenu un homme ces derniers mois quand on lui demande quelle est la plus grande différence entre le jeune homme qui a commencé le camp d’entraînement et celui qui est partant au mois d’août.

«Il y a beaucoup de différences. J’ai mûri, j’ai pris en confiance avec le temps de jeu qu’on m’a donné.»

Attente pour Toye   

Par ailleurs, on attend toujours de savoir si Mason Toye s’est blessé sérieusement en fin de match samedi.

Le meilleur attaquant de l’équipe avec sept buts a été blessé à l’épaule et on craint une absence prolongée.

«On attend des résultats, il devait passer un IRM [examen d’imagerie par résonance magnétique] aujourd’hui. On espère que ce sera court», a confié Nancy qui est revenu sur la controverse lors du tir de pénalité en fin de match, quand Bjørn Johnsen s’est entêté à tirer alors que ça devait être le rôle de Toye.

«On a eu une petite discussion avec les joueurs par rapport à ça. Et tout est rentré dans l’ordre. Mais ç’a renvoyé une image comme s’il n’y avait pas une bonne chimie dans le groupe, ce qui est totalement faux. C’est une bonne leçon pour Bjørn et pour tout le monde aussi.»

Wanyama parmi les meilleurs 

Par ailleurs, le milieu Victor Wanyama a été sélectionné au sein du onze par excellence de la Major League Soccer pour la dernière semaine d’activités, lundi.

Le joueur kényan de 30 ans a été au cœur de la fin de match rocambolesque contre les Red Bulls de New York, samedi, au Stade Saputo. Il a inscrit le but décisif sur un tir de pénalité durant les dernières secondes d’une victoire de 2 à 1. Précédemment, Bjorn Johnsen et Mason Toye avaient tous deux effectué le «penalty», mais à chaque occasion, l’officiel a jugé que le gardien Carlos Coronel avait quitté la ligne de but trop rapidement. Wanyama a ensuite touché la cible même si le portier a partiellement bloqué sa frappe.

Cette saison, il a totalisé deux buts et passé 1432 minutes sur la surface de jeu. Son équipe visitera le FC Cincinnati mercredi.