SPO-FOOTBALL-ROUGE-OR

Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Football universitaire RSEQ

Football universitaire: maturité et attentes élevées à McGill

Publié | Mis à jour

Malgré le nouveau nom de la formation de football montréalaise, les Redbirds de McGill affichent le visage de la stabilité pour leur saison 2021. Comme toutes les équipes du circuit, plusieurs nouveaux visages sont dans le groupe de 101 athlètes présents au camp d’entraînement, mais la troupe de l’entraîneur-chef Ronald Hilaire compte sur le retour de 49 vétérans.

«Plusieurs de nos joueurs ont fait le choix de revenir disputer une dernière saison. Ils ne voulaient pas d’une histoire inachevée en raison de la COVID-19. Ils souhaitent accomplir beaucoup cette année et terminer sur une bonne note. On est spécialement expérimenté en défensive.»

L’entraîneur-chef est conscient que toute cette expérience représente un gros avantage pour le début de la campagne qui commence au Stade Telus face au Rouge et Or le 29 août.

«Avec une aussi longue pause de football, je pense que c’est un luxe d’avoir sur le terrain des joueurs ayant déjà goûté à la vitesse du jeu universitaire. Un autre avantage est que je n’ai pas besoin de parler beaucoup, le leadership provient des joueurs et c’est eux qui transmettent notre culture à nos deux cohortes de recrutement.»

Équipe athlétique

Si le vieux dicton du football qui stipule que la vitesse tue dit vrai, les Redbirds donneront du fil à retordre à toutes les formations de la conférence québécoise. Depuis son arrivée en poste en février 2014, l’instructeur Ronald Hilaire assure que l’édition 2021 est la plus rapide qu’il a vue fouler le Stade Percival-Molson.

«C’est la plus vite et la plus athlétique depuis que je suis en poste. Nous visons toujours la plus haute marche et nous pensons y arriver cette année. Je n’ai jamais cru qu’il y avait un écart entre notre équipe et celles de Montréal et Laval. En 2019, c’était 17-17 à la demie face à Laval à Québec. Chaque semaine, on peut aspirer à la victoire.»

Offensive entre bonnes mains

Dans une ligue où le jeu du quart-arrière est crucial pour gagner, McGill pourra compter sur la présence de Dimitrios Sinodinos. Le produit des Cheetahs de Vanier est en compétition avec Jacob Samuels pour le poste de partant.

«J’ai travaillé très fort, durant la pandémie, sur ma technique et ma présence dans la pochette afin d’être un meilleur joueur. C’est ma quatrième année et je veux une grosse saison pour notre équipe. On travaille très fort dans les entraînements et il faut que ça rapporte.»

Hilaire a également vanté le travail du receveur Pearce Dumay. Le joueur de dernière année devrait avoir beaucoup de succès face aux défensives aériennes adverses selon son entraîneur.

Stabilité

Tristan Fleury a fait écarquiller bien des yeux en 2019. Plusieurs formations de la LCF ont démontré de l’intérêt à son endroit, mais le demi défensif tenait à disputer une autre saison à McGill.

«J’ai amélioré ma vitesse pendant la pandémie et je couvre plus de terrain. Nous avons toujours eu une bonne défensive dans les dernières années et je suis certain qu’avec autant d’expérience, on fera encore bonne figure.»

Évoluant sur la dernière ligne de défense, le maraudeur sera une présence rassurante pour ses coéquipiers. L’ancien joueur de Lionel-Groulx est certain que la chimie de l’équipe jouera un rôle important dans les résultats du club.

«On se connaît, ça fait longtemps qu’on joue ensemble et on sait ce que chacun va faire sur le terrain. Il n’y aura pas de panique de notre côté, je suis vraiment confiant à l’approche de la saison.»